Daniel Bouton écarte l'idée d'un "credit crunch" en France

le 09/04/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 14H

"Il n'y a pas la moindre raison qu'il y ait un resserrement quantitatif du crédit en France", a indiqué le président de la Société Générale, Daniel Bouton, lors de son audition en tant que président de la Fédération bancaire française devant la Commission des finances de l'Assemblée nationale. La hausse des taux reflète seulement celle des marchés, a-t-il précisé. Le dirigeant aussi estimé que les banques devraient s'interroger une fois la crise financière passée sur le bien-fondé de valoriser l'ensemble des actifs à leur valeur de marché. S'agissant de la crise, Daniel Bouton a déclaré: "je fais partie non pas des optimistes sur la situation actuelle des marchés du crédit et de la liquidité, mais des gens qui pensent que nous avons commencé à voir la situation s'améliorer".

A lire aussi