Les catastrophes coûtent près de 50 milliards de dollars aux assureurs

le 30/12/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon Munich Re, l'année 2008 est l'une des plus onéreuses pour le secteur. Un chiffre qui corrobore celui de son concurrent Swiss Re

L’adage selon lequel un malheur n’arrive jamais seul s’est encore vérifié cette année. Alors que la crise a quasiment mis à terre le système financier et provoqué un début de récession mondiale, le coût total engendré par les catastrophes naturelles et techniques a atteint un montant quasi record. Avec 200 milliards de dollars, il n’a été dépassé qu’en 1995 (année du séisme de Kobe, au Japon) et en 2005 (passage du cyclone Katrina en Louisiane), selon les chiffres publiés hier par le réassureur Munich Re.

La facture est particulièrement salée pour les assureurs dommages, et donc pour les réassureurs. Ils ont enregistré une montée des sinistres de 50% par rapport à l’année dernière, pour atteindre 45 milliards de dollars. Ce chiffre corrobore celui publié par Swiss Re le 18 décembre dernier: le réassureur helvète fait état d’un coût supérieur à 50 milliards, ce qui fait de 2008 la deuxième année de l'histoire en termes de dommages assurés.

Mais les catastrophes les plus onéreuses individuellement pour les assureurs n’ont pas nécessairement été les plus coûteuses en vies humaines. Les premières ont eu lieu dans les zones les plus développées. Le coût du cyclone Nargis, en Birmanie, qui a provoqué la mort ou la disparition de plus de 135.000 personnes n’est pas connu, tandis que les assureurs étaient exposés à hauteur de 300 millions d’euros au tremblement de terre du Sichuan, dans l’intérieur de la Chine (environ 88.000 morts). En revanche, le cyclone Ike, qui a frappé les Etats-Unis et les Caraïbes début septembre, a coûté quinze milliards de dollars selon Munich Re, vingt milliards selon son concurrent helvète. Survenu deux semaines plus tôt, Gustav obligera les assureurs à débourser cinq milliards de dollars (quatre selon Swiss Re). Le nombre de cyclones tropicaux dans l’hémisphère Nord (le groupe bavarois en a recensé seize) a été particulièrement élevé cette année. Sans parler des 1.700 tempêtes enregistrées.

L’Europe a été malgré tout relativement préservée. Mais deux événements ont coûté plusieurs milliards de dollars au secteur: la tempête hivernale Emma en Europe du Nord et du Centre (1,5 milliard de dollars de dommages assurés selon Munich Re et 1,39 milliard de dollars selon Swiss Re), ainsi que la tempête Hilal en Allemagne (1,1 milliard selon Munich Re).

A lire aussi