Le brésilien Vale renonce à racheter son concurrent suisse Xstrata

le 26/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La question du prix et des droits de commercialisation expliquent en grande partie l’échec de l’offre informelle de 90 milliards de dollars

«Nous pouvons recommencer les négociations à tout moment». C’est ainsi que Vale, premier producteur mondial de minerai de fer, a sans doute voulu se consoler de n’avoir pu acquérir son concurrent suisse Xstrata, quatrième producteur mondial de cuivre, après trois mois de négociations ardues. L’offre informelle, relevé mi-mars de 78 à 90 milliards de dollars selon des sources brésiliennes, aurait permis au nouvel ensemble de détrôner BHP Billiton, actuel leader mondial du secteur minier, qui peine lui-même à racheter le troisième groupe mondial Rio Tinto. «Etant donné qu'un accord n'a pas été trouvé malgré la formulation d’une offre potentielle incluant une composante en numéraire et en titres, les discussions entre les différentes parties ont été interrompues», a déclaré Vale dans un communiqué adressé à l'autorité locale des marchés, en précisant qu’il se réservait donc le droit de faire une nouvelle offre au cas où les circonstances changeraient. Le PDG du groupe suisse Mick Davis a ajouté que la fin des pourparlers avait été décidée «par accord mutuel».

Outre le prix plus élevé demandé par Xstrata, inacceptable pour Vale dans le contexte actuel marqué par un resserrement des conditions de crédit, les négociations ont également achoppé sur la question des droits de commercialisation, une partie de la production actuelle d’Xstrata (nickel, cobalt, ferrochrome et vanadium) étant écoulée par la société de négoce de matières premières Glencore qui se trouve être son premier actionnaire. Glencore exigeait une extension des droits qui auraient également couvert une partie de la production de Vale, à un coût inacceptable pour ce dernier. Comme on le souligne chez Uniao de Bancos Brasileiros, «Vale pourrait revenir avec une offre dans les 6 prochains mois», option théorique alors que le secteur des matières premières a connu en bourse une forte chute la semaine dernière sur des craintes d’un ralentissement de la croissance mondiale. Le directeur général de Vale a d’ailleurs précisé que le groupe brésilien se tournait désormais vers une croissance organique sans exclure d'autres cibles potentielles d'OPA. Quant à Xstrata qui a grandi rapidement par acquisitions au cours des 5 dernières années, il avait dans le passé exprimé un intérêt pour le groupe Anglo-American qui s’est montré jusqu’ici peu enclin à engager toute discussion.

A lire aussi