La Bourse sanctionne Soitec après son avertissement sur ses résultats

le 29/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le leader mondial du silicium sur isolant a abaissé ses objectifs sur l’exercice en cours et fait état d’une visibilité limitée pour le suivant

Soitec, qui fournit l'industrie microélectronique de pointe, révise à nouveau en baisse ses perspectives. Le leader mondial du matériau SOI (silicium sur isolant) vise désormais une perte opérationnelle sur l'ensemble de l'exercice de l'ordre de 3% du chiffre d'affaires, alors que la direction tablait précédemment sur une marge opérationnelle au second semestre proche de celle du premier semestre (1,5%). Soitec devrait ainsi enregistrer une perte opérationnelle de l'ordre de 9 millions d’euros sur l'exercice en cours. Cette contre-performance résulte des prévisions de revenus sur le quatrième trimestre qui indiquent une baisse séquentielle de 20% du chiffre d'affaires par rapport au troisième.

Cette évolution conduit à une activité sur le second semestre au même niveau que celle du premier semestre à taux de change constants. Pour l'exercice suivant (2008-2009), Soitec anticipe désormais une quasi-stabilité de son chiffre d'affaires, à taux de change constants. Du côté des résultats, le curseur est bien difficile à placer en l'absence de croissance. La direction attend une amélioration de son résultat opérationnel grâce à des réductions de coûts consistant à mettre en place de nouveaux procédés développés à Pasir Ris (Singapour) et dédiés à l'amélioration du taux de réutilisation du silicium acheté, permettant ainsi une réduction significative du coût de la matière première.

Cependant, cet objectif ne prend pas en compte les coûts relatifs au démarrage de la nouvelle usine asiatique qui devraient être de l'ordre de 30 millions de dollars. Le management reste malgré tout totalement confiant dans sa capacité à délivrer de la croissance à partir de 2009. «Nous restons persuadés des avantages significatifs de notre technologie en termes de gains de performance, de réduction de la consommation et de réduction de la taille des puces», a martelé lors d'une conférence téléphonique André-Jacques Auberton-Hervé, PDG et cofondateur. La direction entrevoit donc une adoption de ses matériaux élargie à de nouveaux segments de marché, et au final, une standardisation à partir de 2009. C'est en tout cas l'argument qu'a apporté Soitec pour justifier la poursuite de la mise en place des capacités additionnelles de production. Un discours auquel n’a semble-t-il pas adhéré le marché : le titre a clôturé en chute de 19,61% à 4,14 euros.

A lire aussi