BHP repasse à l’offensive sur Rio Tinto en augmentant son offre de 13 %

le 06/02/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le premier groupe minier mondial entend ainsi repousser la menace d’une prise de contrôle rampante de son concurrent par la Chine

La surenchère a sans doute commencé sur Rio Tinto. BHP Billiton a annoncé mardi le lancement d'une offre d'achat formelle sur son concurrent anglo-australien Rio Tinto, en proposant 3,4 de ses propres actions contre une action Rio Tinto. L'opération, qui donnerait naissance à un géant minier d'au moins 350 milliards de dollars (239 milliards d'euros), valorise Rio Tinto à 147,4 milliards de dollars sur la base du cours de clôture du 4 février, soit 128,25 dollars australiens; ce dernier avait en novembre rejeté une première approche de 3 actions contre 1. BHP Billiton, qui avait jusqu'à mercredi pour lancer une offre formelle sur Rio Tinto, a ajouté que celle-ci était conditionnée par un taux d'acceptation minimal de 50% et que les actionnaires actuels de Rio Tinto détiendraient 44% de la nouvelle entité.

Le contexte a bien évolué depuis l’automne dernier; BHP vient tout d’abord d’annoncer pour la première fois en 5 ans une baisse de 2,4% de son bénéfice net au premier semestre à 6,017 milliards de dollars en dépit de résultats record de ses divisions pétrole, manganèse et fer. Mais c’est surtout la participation conjointe de 9 % prise la semaine dernière par Alcoa et le groupe public Chinalco qui a été le catalyseur de cette nouvelle offre visant à contraindre Rio à s’asseoir à la table des négociations. La Chine, plus grande consommatrice mondial de cuivre, minerai de fer, aluminium et charbon, ne voit en effet pas d’un bon œil la constitution d’un géant des matières premières aux pouvoirs de négociations étendus.

Rio Tinto a indiqué qu’il «étudierait les termes de cette nouvelle proposition», tandis que le PDG de BHP Billiton Marius Kloppers a réitéré son souhait d’une «prise de contrôle totale de Rio Tinto», en promettant des économies de revenus et de coûts d’un montant cumulé de 3,7 milliards de dollars plus 30 milliards de dollars de rachats d’actions avant un an. Comme on le souligne chez Alleron Investment Management à Sydney, «il est prématuré de considérer cette offre comme définitive» malgré les affirmations de Marius Kloppers, un analyste de Soleil Securities à New York étant d’avis que BHP aura sans doute à améliorer son offre «entre 3,4 et 4,25 actions BHP contre 1 action Rio» pour pouvoir obtenir l’aval du management. Chinalco, le plus gros producteur chinois d’aluminium, a refusé de commenter ce nouveau développement «avant la fin du nouvel an chinois». Sans citer ses sources, le Times affirme toutefois ce matin qu’il préparerait une contre-offre.

A lire aussi