Affecté par le subprime, Fortis se prépare à muscler son capital

le 10/03/2008 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La banque mène des négociations exclusives pour renforcer de 2 milliards d'euros sa solvabilité. Elle a passé 1,5 milliard de provisions sur ses CDO

On a presque fini par s’y habituer. Comme d’autres de ses consœurs, Fortis a certes annoncé que ses profits avaient été affectés par la crise du subprime, mais surtout que le montant des dépréciations liées à cette crise était plus important que celui annoncé il y a quelques semaines. En utilisant un modèle de valorisation plus «rigoureux», la banque hollando-belge a donc révélé qu’elle avait enregistré pour 1,7 milliard d’euros de charges liées à la crise du subprime sur le dernier trimestre 2007, contre 1 milliard anticipé fin janvier. Ces charges comprennent 1,5 milliard se rapportant à ses portefeuilles de super senior collateralized debt obligations (CDO), et 200 millions liés à d’autres tranches de CDO ainsi qu'à l’activité d’origination. En tenant compte ces dépréciations, Fortis conserve une exposition résiduelle aux CDO de 2,9 milliards de dollars.

Affecté par la crise des crédits hypothécaires aux Etats-Unis, le bénéfice net du groupe a été divisé par deux au quatrième trimestre 2007 à 414 millions d’euros, alors que les analystes attendaient 538 millions. Sur l’ensemble de l’année, les profits de Fortis ont reculé de 8% à 4 milliards d’euros, malgré une plus-value de 947 millions suite à la cession de CaiFor et une contribution de 179 millions d'ABN Amro.

Jean-Paul Votron, PDG du groupe financier, a décidé de faire du désengagement de certaines activités l’une de ses «priorités pour 2008», alors que les marchés «resteront difficiles à court terme». La banque a ainsi indiqué qu’elle entendait réduire ses activités d’investissements liées aux CDO. Le dirigeant a surtout annoncé que des «négociations exclusives sont en cours sur une autre transaction qui renforcera notre solvabilité de manière substantielle». Une opération à 2 milliards qui, associée à d'autres mesures, devrait permettre au groupe de glaner 3,2 milliards. Une annonce qui a permis au titre d'effacer ses pertes vendredi (+3,15% à 14,74 euros) alors que les investisseurs avaient commencé par sanctionner une publication de résultats jugée décevante.

Par ailleurs, Fortis entend poursuivre l’intégration d’ABN Amro. Les activités de gestion d’actifs devraient ainsi être transférées au cours du deuxième trimestre 2008, alors que le reste des activités de la banque néerlandaise le seront entre les trois dernier mois de 2008 et le quatrième trimestre 2009.

A lire aussi