La gestion de fortune offshore a encore de l’avenir

le 08/06/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les banques privées non domestiques continuent à drainer des capitaux, malgré les contraintes réglementaires et politiques qui poussent à la consolidation, selon le BCG.

Les «Swiss Leaks» et autres «Panama papers» ne vont pas tuer la gestion de fortune offshore. La banque privée non domestique a encore crû de 3% l’an dernier, à 9.800 milliards de dollars (8.600 milliards d’euros) d’encours, révèle le Global Wealth Report publié hier par le Boston Consulting Group...

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

Sur le même sujet

A lire aussi