La Fed anticipe désormais deux hausses de taux cette année

le 17/03/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les risques économiques et financiers mondiaux ont incité le FOMC à réviser à la baisse sa projection de croissance pour les Etats-Unis en 2016.

La Fed anticipe désormais deux hausses de taux cette année
Conférence de presse de la présidente de la Fed, Janet Yellen le 16 mars.
(Photo Fed.)

La Réserve fédérale américaine (Fed) adoptera une stratégie très prudente dans sa politique de relèvement des taux. A l’issue de la réunion de deux jours de son comité de politique monétaire (FOMC), la banque centrale a maintenu le taux des fonds fédéraux (Fed funds) dans la fourchette de 0,25% à 0,50%, conformément aux attentes. Un membre du comité, Esther George, présidente de la Fed de Kansas City, a toutefois voté contre le statu quo. 

La présidente de la Fed, Janet Yellen, a salué la résistance de l'économie américaine dans un contexte global toujours tendu. L'inflation s’est accélérée ces derniers mois, même si elle demeure sous l'objectif de 2% du comité, tandis que le marché du travail s’est renforcé, avec «de solides gains», a souligné la dirigeante. «Toutefois, l'évolution de la situation économique et financière mondiale continue de comporter des risques» et devrait maintenir l'inflation à un niveau bas cette année, a nuancé celle-ci.

En conséquence, le FOMC s’attend à ce que les conditions économiques n'exigent que «des hausses graduelles des taux d'intérêt». La projection médiane du niveau des taux pour la fin de l'année a ainsi été nettement réduite. La majorité des membres du comité juge que les taux d'intérêt se situeront à 0,9% fin 2016, au lieu de 1,4% lors de leur projection de décembre. Cela correspondrait à deux hausses de taux de 0,25 point de base, contre quatre selon la précédente estimation. Cette nouvelle anticipation «reflète les prévisions de croissance mondiale et un certain resserrement des conditions de crédit», a souligné Janet Yellen, en ajoutant qu’une hausse en avril était toujours possible.

«Le ton du communiqué et les projections économiques qui l’accompagnent militent pour une politique monétaire accommodante», juge Neil Dutta, économiste en chef chez Renaissance Macro Research. La Fed a en effet révisé à la baisse sa projection de croissance pour les Etats-Unis. Le produit intérieur brut (PIB) du pays devrait progresser de 2,2% sur un an au dernier trimestre 2016, soit 0,2 point de moins que ce qui était prévu en décembre. Sa prévision d'inflation se situe maintenant à 1,2% contre 1,6%. Le dollar a baissé à la fois contre l'euro et le yen après ces annonces, tandis que l’indice boursier S&P 500 a pris 0,56% pour finir à 2.027,22, son plus haut niveau de l'année.

Sur le même sujet

A lire aussi