L’Esma met en cause la gestion passive déguisée

le 03/02/2016 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Selon le superviseur, 15% d’un échantillon de fonds supposés «actifs» seraient des «closet trackers» se contentant de répliquer leur indice.

 L’Autorité européenne des marchés financiers (Esma).
L’Esma dénonce le niveau inadéquat des frais de gestion des «closet trackers».
(Photo Pierre Chiquelin.)
L’étau se resserre autour des closet trackers, ces fonds d’investissement qui répliquent un indice tout en facturant des frais identiques à ceux de la gestion active....

Cet article est réservé exclusivement aux abonnés de L’AGEFI Quotidien

A lire aussi