L’emploi repart de l’avant dans la gestion d’actifs française

le 09/09/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après avoir baissé en 2012 et en 2013, les effectifs du secteur ont progressé de 3,3% en 2014, selon une étude de l’AMF.

Les 4.322 gérants représentent 28% des effectifs totaux des sociétés de gestion. Crédit Fotolia.

L’année 2014 est un bon millésime pour la gestion française. Après avoir baissé de 1,1% en 2012 et de 1,7% en 2013, les emplois directs (y compris les personnes détachées ou mises à disposition) ont rebondi de 3,3% en 2014, à 15.531 postes, selon le profil des sociétés de gestion dressé par l’AMF. A 4.322 postes, le nombre de gérants proprement dit a lui aussi augmenté de 3,2%, sa part dans les effectifs totaux restant relativement stable, à environ 28%.

«La gestion d’actifs en France offre des opportunités professionnelles qui se maintiennent dans le temps», se félicite l’AMF, qui pointe que les effectifs ont dépassé le niveau historique de 2011. Un résultat «en cohérence avec l’accroissement du nombre de sociétés de gestion» observé l’an dernier. En juin, l’AFG avait ainsi chiffré que 48 sociétés avaient vu le jour en France en 2014, soit une création nette de 21 unités, contre 5 à 9 par an les années précédentes.

«La répartition des effectifs s’inscrit dans la tendance dessinée les années précédentes, à savoir un modèle partagé entre les sociétés entrepreneuriales et les grands groupes», explique l’AMF. A la fin 2014, 76,1% des sociétés de gestion affichaient un effectif inférieur à 20 personnes. Elles représentaient 23,1% des emplois directs de l’industrie, contre 49,1% pour les 4,8% de sociétés de gestion comptant plus de 100 personnes.

Cette spécificité française perdure malgré un environnement très concurrentiel, qui pousse les acteurs à externaliser une partie des fonctions supports. Outre le levier des coûts, la profession mise aussi sur l’exportation. «Le niveau d’encours médians des sociétés entrepreneuriales âgées de plus de 10 ans et possédant un passeport est [à 546,2 millions d’euros] près de 3,4 fois supérieur à celui des sociétés [sans passeport]», note ainsi l’autorité.

Si l’année 2014 a été un bon millésime en terme de nombre d’agréments délivrés, l’AMF se félicite en outre de la hausse de l’encours moyen pondéré des sociétés de gestion de moins de trois ans, qui a progressé l’an dernier de 5,9% l’an dernier, à 188,9 millions d’euros, soit 12% de plus qu’en 2010. Les sociétés de gestion nouvellement créées «semblent disposer avant de se lancer (…) d’un réseau clients plus conséquent qu’à l’accoutumée», analyse l’AMF.

A lire aussi