La Grèce fait face à de nombreuses échéances financières cette semaine

le 13/07/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Elle doit notamment rembourser une obligation émise en yens en 1995 et payer des intérêts sur son émission à 3 ans de l'an passé.

Indépendamment de l'état des discussions entre la Grèce et ses créanciers, les nerfs des créanciers internationaux vis-à-vis du pays vont de nouveau être mis à l’épreuve cette semaine par de nombreuses échéances financières.

Le pays, qui pour l’instant n’a pas fait défaut en 2015 vis-à-vis des investisseurs privés, devra s’acquitter de quelque 11,67 milliards de yens (85,2 millions d’euros) aux investisseurs japonais demain. Ce remboursement marquera l’arrivée à maturité d’une obligation d'un montant initial de 20 milliards de yens, émise en 1995, offrant un coupon de 5,8%, et qui n'avait pas été restructurée en 2012. Le pays devra aussi payer près de 71 millions d’euros d’intérêts le 17 juillet aux porteurs des obligations à 3 ans qu’il avait réussi à placer sur le marché en 2014. Les investisseurs privés détenaient quelque 39 milliards d’euros d’obligations grecques en mai, selon Bloomberg.

Si la Grèce doit surtout faire face à une échéance de 3,5 milliards d'euros vis-à-vis de la BCE, le 20 juillet prochain, le Trésor grec doit rembourser quelque 450 millions d’euros au Fonds monétaire international (FMI) dès aujourd’hui. Le pays, qui doit encore 21,2 milliards d’euros au Fonds, n’a pas remboursé, les quelque 1,5 milliard d’euros qui étaient dus à l’institution au 30 juin dernier. Les agences de notation n’ont pas considéré que le non-remboursement d’un créancier public constituait un défaut. En revanche, elles ont réévalué à la hausse le risque d’un défaut dans la foulée de l’annonce de l’échec des négociations entre la Grèce et ses créanciers sur la fin du deuxième programme d’aide et le lancement du référendum du 5 juillet.

Le 29 juin, Standard and Poor’s a abaissé la note du pays de «CCC» à «CCC-» avec une perspective négative. «La dégradation reflète notre évaluation selon laquelle en l’absence de changements favorables, non anticipés à ce jour, la Grèce devrait probablement faire défaut sur sa dette commerciale dans les six prochains mois.» Fitch a également abaissé la note de la Grèce de «CCC» à «CC» à la fin du mois de juin. «Nous considérons maintenant qu’un défaut sur la dette du gouvernement détenue par les créanciers privés est probable», a justifié l’agence. Le pays est noté «Caa3» par Moody's depuis le 1er juillet dernier.

A lire aussi