La gestion alternative séduit de nouveau les investisseurs

le 07/04/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’univers de l’investissement alternatif a crû en moyenne deux fois plus vite que la gestion «traditionnelle» au cours des huit dernières années.

Si elles restent au cœur de l’allocation des investisseurs, les classes d’actifs traditionnelles peinent à offrir des perspectives attrayantes: les taux bas obligent à pousser le curseur du risque significativement plus loin pour capter un rendement supérieur sur des qualités de crédit inférieures. Quant aux actions, dopées par une liquidité abondante et des perspectives de croissance optimistes, elles ont vu leurs valorisations se tendre.

Dans cet environnement atypique, qui prévaut depuis plusieurs années déjà, les investissements dits «alternatifs» se développent à un rythme rapide.

Depuis 2008, la réglementation a fait son travail et le secteur offre désormais un format normalisé (Ucits) avec des règles précises pour éviter les écueils du passé. L’univers des alternatifs liquides Ucits, qui comprend, pour n’en citer que quelques-unes, des contraintes bien définies en matière de levier, de concentration du risque, de transparence et de liquidité, offre des alternatives normées et différenciantes aux investisseurs qui cherchent du rendement, de la performance absolue ou de la décorrélation.

Ces stratégies alternatives liquides se caractérisent le plus souvent par une absence de référence à un indice, la faculté de mettre en œuvre des positions à l’achat comme à la vente (long/short) et la possibilité d’utiliser du levier. Elles offrent ainsi une diversification supplémentaire à un portefeuille traditionnel, notamment en réduisant le risque directionnel des marchés d’actions ou de taux. Bien entendu, le risque lié à ces stratégies est toujours à rapprocher du rendement ou du bénéfice attendu, et, comme souvent, adopter une gestion active et spécialisée semble pertinent.

Les investissements dits «alternatifs» se développent à un rythme rapide. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Les investissements dits «alternatifs» se développent à un rythme rapide. Illustration L'Agefi.

A lire aussi