La collecte des SCPI a été portée par l’immobilier d’entreprise en 2014

le 04/03/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’Aspim a annoncé des entrées nettes record de 2,93 milliards d’euros en 2014, en nette hausse de 16,6%.

Le plongeon du taux à 10 ans français sous le seuil de 1% en 2014 a offert un environnement particulièrement porteur aux SCPI en 2014. Selon les chiffres de l'Aspim, l'Association française des sociétés de placement immobilier, les entrées nettes ont ainsi atteint l’an dernier un record de 2,93 milliards d’euros, soit une hausse de 16,6% qui contraste avec le repli de 0,2% enregistré en 2013. La capitalisation enregistre elle aussi un niveau historique de 32,87 milliards, en progression de 9,7%.

Si le segment de l’immobilier résidentiel a lui aussi connu un regain de vitalité, avec une croissance de la collecte qui a accéléré de 1,2% à 9,9%, à près de 200 millions d’euros, c’est surtout l’immobilier d’entreprise qui a attiré les fonds des investisseurs particuliers et institutionnels. La collecte dans cette classe d’actifs a ainsi bondi de 17,8%, à 2,73 milliards d’euros. «Cette attractivité est la plus sensible pour les SCPI diversifiées (+120%) et les SCPI spécialisées (+103%) mais elle caractérise également les SCPI bureaux et les commerces», souligne l’Aspim.

Autre point notable selon l’association, neuf organismes de placement collectif immobilier(OPCI) «grand public» ont collecté 813 millions d’euros, portant leur encours global à 2,04 milliards. Offrant plus de flexibilité en matière d’investissement et une meilleure liquidité, ces véhicules peinent néanmoins encore à convaincre, notamment du fait de la bonne tenue des performances des SCPI, dont le taux de distribution sur la valeur de marché (DVM) s’est établi à 5,08% en 2014, après 5,15% en 2013. «Les OPCI devraient s’imposer en 2015, y compris dans les réseaux intermédiés», pronostique Patrick Rivière, le directeur général de La Française.

Collecte des SCPI. Illustration L'Agefi.
ZOOM
Collecte des SCPI. Illustration L'Agefi.

A lire aussi