Le FMI propose un plan d'aide de 40 milliards de dollars pour l'Ukraine

le 13/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pays compte restructurer sa dette. Il s'est engagé à assainir son secteur bancaire et à augmenter les tarifs de l'énergie.

Alors que les dirigeants européens, ukrainiens et russes sont parvenus à négocier un cessez-le-feu en Ukraine hier, le Fonds monétaire international (FMI) a mis sur la table un plan d’aide de près de 40 milliards de dollars pour quatre ans. Il doit aider le pays à ne pas faire défaut alors que son économie a été durement touchée par le conflit.

Le programme de soutien financier à l’Ukraine qui doit encore être approuvé par le conseil exécutif du fonds, remplace le précédent programme de 17 milliards de dollars accordé l’année dernière par le FMI. Le nouveau plan comprend des aides du FMI mais aussi celles de plusieurs Etats qui n'ont pas été détaillées. Les Etats-Unis et l’Union européenne se sont déjà engagés à soutenir financièrement le pays.

Le conflit dans l’Est de l’Ukraine a lourdement pesé sur l’économie du pays. Son PIB s’est contracté de 7% à 7,5% en 2014 et son déficit a atteint 4,6% du PIB en 2014, selon le FMI. Les réserves de change du pays sont tombées au plus bas depuis onze ans, alors que la monnaie ukrainienne a gravement pâti de la situation économique et politique. Alors que Kiev doit rembourser près de 11 milliards de dollars de dette cette année, le gouvernement ukrainien a déclaré qu’il allait approcher ses créanciers pour tenter de trouver un accord sur une restructuration de dette.

«C’est un programme ambitieux, c’est un programme difficile et il n’est pas sans risque», a prévenu la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, en soulignant que les développements géopolitiques pourraient encore nuire à la confiance des investisseurs. Aux yeux de Christine Lagarde, le programme reste cependant «réaliste». En échange d'un soutien financier, le pays s’est engagé à mettre en place «une nouvelle augmentation significative des tarifs de l’énergie». Il a par ailleurs promis de restructurer son secteur bancaire et de réformer la gouvernance des entreprises d’Etat.

Jeudi, les dirigeants de l'Ukraine, la Russie, la France et l'Allemagne sont parvenus à un accord de cessez-le-feu. Celui-ci est censé débuter à partir du 15 février prochain. Les dirigeants européens sont cependant restés très prudents sur l’effectivité de l'accord et ont insisté sur le fait que beaucoup de travail restait à faire pour parvenir à établir la paix en Ukraine. L'Union européenne n’a pas prévu pour l’instant de lever les sanctions économiques qui touchent la Russie.

A lire aussi