Le Panel revoit en baisse ses prévisions de taux

le 02/02/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Bien qu'attendue, l'annonce d'un QE par la BCE a pesé sur les anticipations de taux à 10 ans.

Mario Draghi, président de la BCE © European Union EP

Même si beaucoup de membres du Panel Taux de L'Agefi s’attendaient, dès la fin 2014 à ce que la Banque centrale européenne (BCE) annonce un programme d’assouplissement quantitatif (QE) au tout début de cette année, nombre de panélistes ont revu à la baisse leurs prévisions de taux à 10 ans depuis le début du mois de janvier. Alors qu’à cette date, la prévision moyenne pour les rendements des titres d’Etat allemands à 10 ans était à 0,77 à trois mois, elle est passée à 0,47 au début du mois de février.

Vendredi dernier, le taux des titres souverains allemands 10 ans étaient à 0,30% alors que la BCE a annoncé qu’elle allait racheter pour 60 milliards d’euros par mois de titres souverains, de titrisations et d’obligations sécurisées, à partir du mois de mars. Le programme a été bien perçu par les marchés même si son lancement dès maintenant n’a pas été approuvé à l’unanimité par le conseil des gouverneurs de la BCE.

«Les chiffres de l’inflation (…) justifient pleinement la décision récente de la BCE de se lancer dans un QE», soulignait la semaine dernière, l’économiste d’ING Teunis Brosens. Selon une première estimation d’Eurostat, l’inflation a reculé de 0,6% en janvier alors qu’elle n’avait reculé que de 0,2% au mois de décembre dernier. Sans surprise, la baisse a été tirée par les prix de l’énergie. Ils ont reculé de 8,9% en janvier contre 6,3% en décembre.

L’inflation sous-jacente a continué à ralentir en janvier. Elle était à 0,6% en janvier contre 0,7% en décembre. «Toute nouvelle baisse de l’inflation pourrait laisser penser que le QE a été lancé trop tard pour contrer la déflation», assure Teunis Brosens. «La question est maintenant de savoir si les anticipations d’inflation vont résister, si l’inflation de la zone euro s’installe en territoire négatif dans les prochains mois», estime Johannes Gareis, économiste chez Natixis.

En dépit de la faiblesse de l’inflation, les taux des pays souverains devraient remonter, à en croire les panélistes. Leur prévision moyenne pour les taux allemands à 6 mois est de 0,61 (contre 0,97 en janvier dernier). «Les récentes pressions haussières sur les titres souverains sont la conséquence d’inquiétudes croissantes au sujet de la Grèce qui ont été accompagnées d’un retour de l’aversion pour le risque», écrit Patrick Jacq pour la recherche de BNP Paribas CIB. A ses yeux, les effets de cette aversion pour le risque devraient peu à peu se dissiper pour les dettes des Etats du «cœur» de la zone euro.

L’annonce de l’assouplissement quantitatif s’est fait très vivement ressentir sur les anticipations d’évolution de l’euro face au dollar. La moyenne des prévisions du Panel pour la parité euro/dollar à trois mois est de 1,13 contre 1,21 au mois de janvier dernier. Alors que l'euro/dollar était à 1,129 en fin de semaine dernière, la monnaie unique devrait continuer à perdre de sa valeur face au billet vert selon les panélistes. La parité devrait atteindre 1,11 à six mois, selon la prévision moyenne des gérants.

Les anticipations de baisse de l’euro face au dollar interviennent alors que les analystes n’ont globalement pas changé leurs prévisions de taux directeurs pour les Etats-Unis. La semaine dernière, le comité de politique monétaire de la Fed a décidé de laisser sa politique monétaire inchangée. En revanche, il a fait savoir que la banque centrale pourrait commencer à normaliser sa politique monétaire même si l’inflation reste contenue. De quoi laisser attendre un relèvement des taux dès le milieu de l'année selon certains.

Panel mensuel Taux
ZOOM
Panel mensuel Taux
Panel Mensuel Change
ZOOM
Panel Mensuel Change

A lire aussi