«Un QE ne résoudra pas les problèmes structurels en zone euro»

le 19/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Frédérik Ducrozet, économiste senior chez Crédit Agricole CIB

- L'Agefi : Croyez-vous à l’efficacité d’un QE dans la zone euro ?

- Frederik Ducrozet : Un QE souverain ne va pas résoudre les problèmes structurels de la zone euro, ni faire remonter l'inflation à court terme. Raison de plus pour que la BCE tente de surprendre les investisseurs avec un programme ambitieux, d'autant que la décision de la banque centrale suisse d'abandonner sa défense du plancher de l'EUR/CHF n'a fait qu'amplifier les spéculations concernant le QE de la BCE. Le diable sera à la fois dans l'effet d'annonce (le montant total des rachats de dette publique, attendu autour de 500 milliards d'euros) et dans les détails (notamment la répartition par pays et maturités, et le statut senior ou non des interventions). On peut imaginer un compromis sous la forme d'un partage des risques limité entre banques centrales nationales en contrepartie d'un programme plus large, plus flexible, et donc plus efficace.

- Quand voyez-vous la Fed commencer à remonter ses taux et pourquoi ?

- Les membres de la Fed, y compris les plus «dovish», ont récemment répété que les conditions seront réunies pour une première hausse de taux à la mi-2015. C'est toujours notre scénario. La Fed peut se permettre de rester prudente compte tenu de la baisse de l'inflation, mais la seule chute des cours du pétrole peut difficilement justifier un nouveau report pour une banque centrale qui cible l'inflation sous-jacente et qui se rapproche du plein emploi. Le déclencheur pourrait venir des salaires si, comme nous le pensons, les mauvais chiffres de décembre sont corrigés dans les mois qui viennent, en ligne avec les autres indicateurs qui restent compatibles avec une légère accélération des revenus des ménages.

Panel Taux
ZOOM
Panel Taux

A lire aussi