Blackrock assoit sa domination sur le monde de la gestion

le 16/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le premier gestionnaire d'actifs au monde a enregistré la plus forte collecte nette annuelle de son histoire en 2014.

Blackrock confirme sa place de premier gestionnaire d’actifs au monde. Le montant de ses encours sous gestion au 31 décembre 2014 a progressé de 8% par rapport à 2013 et de 3% par rapport au troisième trimestre; il atteint désormais 4.652 milliards de dollars (4 milliards d’euros).

Signe de son dynamisme commercial, la progression est portée par une collecte nette de 87,8 milliards de dollars au dernier trimestre, portant la collecte nette de l’ensemble de l’année à 181 milliards de dollars (hors fonds monétaires). Soit un bond de 55% en un an. «Il s’agit de la collecte la plus importante de notre histoire», a indiqué Larry Fink, PDG de la société de gestion. En outre, l’activité de cash management a engrangé 25 milliards de dollars d’actifs nets. «Nous gérons aujourd’hui plus d’un milliard de dollars dans 41 pays», précise le responsable du gestionnaire.

Autre record, l’activité de produits indiciels cotés (ETF) a atteint un encours record de 1.000 milliards de dollars, grâce à une collecte nette de 44,2 milliards de dollars au quatrième trimestre.

Blackrock a en partie bénéficié des déboires de son concurrent Pimco, qui a vu ses encours fondre depuis près de deux ans, une tendance qui s’est accentuée avec le départ de son gérant star sur les taux Bill Gross en septembre dernier. La filiale de gestion d’Allianz a par exemple récemment perdu un mandat de gestion d’un fonds obligataire «total return» de 6,2 milliards de dollars, au profit de Blackrock (et de Loomis, entité de Natixis GAM). Au quatrième trimestre, les flux ont d’ailleurs essentiellement alimenté ses fonds obligataires. Ces derniers ont représenté 55% de la collecte hors monétaire, soit 48,4 milliards de dollars. Toutefois, Larry Fink a insisté sur le fait que l’on ne pouvait expliquer la collecte dans les produits de taux par les seules difficultés rencontrées par Pimco. Le succès peut également s’expliquer par la décision du groupe de baisser ses frais sur trois de ses fonds obligataires en octobre dernier.

Blackrock a enregistré un bénéfice net au dernier trimestre en recul de 3,5% (à 821 millions de dollars), en raison d’un programme de rémunération concernant son actionnaire PNC Financial Services. Sans cet élément, les bénéfices auraient atteint 4,82 dollars par action, dépassant de 14 cents le consensus Reuters. Pour l’ensemble de l’exercice, le résultat net du gestionnaire progresse de 15% par rapport à 2013, à 3,31 milliards de dollars.

A lire aussi