L'Irlande a déjà réalisé une bonne partie de son programme de financement

le 08/01/2015 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pays, qui a bénéficié d'un plan d'aide international de trois ans, a levé 4 milliards d'euros à 7 ans hier, avec un taux historiquement bas.

Dès le septième jour de l’année 2015, l’Irlande a déjà réalisé une bonne partie de son programme de financement. Le pays est parvenu à emprunter 4 milliards d’euros à 7 ans sur les marchés financiers hier, à un taux historiquement bas de 0,867% alors qu’il s’était fixé pour objectif de lever entre 12 et 15 milliards d’euros cette année.

L’opération pour laquelle l’Irlande avait mandaté Barclays, Davy, HSBC, JPMorgan, Nomura et RBS, a suscité de l’intérêt de la part de quelque 160 investisseurs qui ont proposé de souscrire jusqu’à 5,75 milliards d’euros de titres. Sur les 4 milliards d’euros émis et arrivant à maturité en mars 2022, 85% ont été souscrits par des investisseurs étrangers. Sur ces derniers, 29% étaient originaires du Royaume-Uni et 6% venaient respectivement d'Asie et des Etats-Unis. 11% de l’opération ont été vendus à des banques privées, des hedge funds tandis que 42% l'ont été à des investisseurs de fonds.

En dépit de l’inquiétude que suscite la possible percée des opposants à l'action de la Troïka lors des élections législatives anticipées qui doivent avoir lieu ce mois-ci en Grèce, le rendement des titres de dette irlandaise à 10 ans sur le marché secondaire atteignait 1,22% hier, contre 1,68% pour l’Espagne et 1,9% pour l’Italie. Comme celui de la plupart des autres pays européens, le rendement de la dette irlandaise n’a eu de cesse de baisser au cours de l’année 2014, alors que la Banque centrale européenne (BCE) a ramené son taux directeur à 0,05%, qu’elle a annoncé des programmes d’achats d’obligations sécurisées et de titrisations et qu’elle pourrait lancer un programme d’assouplissement quantitatif dès le 22 janvier prochain.

L’Irlande qui avait bénéficié dès le début de l’année 2011 d’un plan de sauvetage de 67,5 milliards d’euros financé principalement par l’Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) est officiellement sortie du programme d’aide accordé par le fonds de soutien européen (FESF) à la fin de l’année 2013. Et ce, sans avoir sollicité de nouveau filet de sécurité financier auprès de ses partenaires européens.

En décembre dernier, le pays a par ailleurs remboursé de façon anticipée près de 40% des 22,5 milliards d’euros de prêts qui lui avaient été accordés par le FMI. La note de l’Irlande a été relevée de A- à A par Standard &Poor’s à la fin de l’année dernière. Le pays est noté A- par Fitch et Baa1 par Moody’s.

A lire aussi