Fannie Mae et Freddie Mac sont l'enjeu d'une bataille judiciaire aux Etats-Unis

le 23/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Plusieurs fonds investis dans les deux géants du crédit hypothécaire espèrent que la Justice américaine empêchera le Trésor de siphonner les résultats.

Près de sept ans après leur mise sous tutelle de l’Etat américain, Fannie Mae et Freddie Mac aiguisent l’appétit des investisseurs, impatients de les voir retrouver leur indépendance. Plusieurs fonds d’investissement ayant des vues sur les deux groupes de refinancement de crédits hypothécaires américains jouent gros sur une éventuelle révision du jugement pris fin septembre par la Cour de justice fédérale américaine. Elle avait en effet débouté les demandes de Fairholme Capital Management et Perry Capital qui contestaient le droit du Trésor américain à siphonner les résultats, versés sous forme de dividendes.

«Nous pensons que la décision de la Cour de Justice sera cassée en appel, et que les autres plaintes dans d’autres juridictions bénéficieront d’un verdict plus favorable. Sa décision initiale avait entraîné une forte chute des actions respectives de Fannie Mae et Freddie Mac, que nous avons pris comme une opportunité d’acheter d’autres titres dans les deux sociétés», espère Bill Ackman. Son fonds Pershing Square détient depuis mi-novembre une part de 9,77% dans Freddie Mac et de 9,98% dans Fannie Mae, alors que Fairholme CM détient quant à lui des actions préférentielles cumulées d’une valeur nominale de 3,5 milliards de dollars, ainsi que des actions ordinaires.

Si la date du verdict n’est pas connue, les nombreux investisseurs (incluant Jefferies, Claren Road AM ou Paulson & Co) à avoir acheté des actions des deux géants du crédit hypothécaire craignent pour leurs investissements. La dernière décision de la Cour de justice a conduit à un plongeon du cours de leurs actions de 44% en deux jours, à respectivement 1,51 et 1,48 dollar par titre, leurs plus bas depuis octobre 2013. Elles sont depuis revenues à 2,26 et 2,22 dollars, mais restent inférieures de moitié à leurs plus hauts de 5,82 et 5,52 dollars enregistrés en mars.

Fannie Mae et Freddie Mac ont dégagé un résultat net cumulé de 3,9 et 3,7 milliards de dollars sur les deux derniers trimestres. Une meilleure santé financière qui leur permet même de débuter le paiement d’une contribution au fonds des logements accessibles («National Affordable Housing Trust Fund») destinés aux familles modestes. Sur les 187,5 milliards qui leur ont été injectés en 2008 pour les sauver de la faillite, elles auraient même remboursé 225,5 milliards au Trésor américain sous forme de dividendes.

A lire aussi