La banque canadienne CIBC revient à la charge sur Russell Investments

le 11/12/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le London Stock Exchange qui a acquis Frank Russell cette année veut vendre la gestion pour conserver le fournisseur d’indices américains.

Alors que le London Stock Exchange (LSE) a finalisé le 3 décembre le rachat annoncé fin juin dernier de Frank Russell, spécialiste des indices américains, pour 2,7 milliards de dollars auprès de Northwestern Mutual Life Insurance, l’opérateur boursier pourrait en revendre la branche de gestion d’actifs prochainement. Le LSE mène officiellement une revue complète des activités de Frank Russell qui doit s’achever début 2015 et peut laisser présager d’une intention de cession de Russell Investments.

Les candidats se bousculent, selon Bloomberg, et le dernier en date, Canadian Imperial Bank of Commerce (CIBC), réfléchirait à une offre d’achat du gérant, qui affiche près de 275 milliards de dollars (222 milliards d’euros) d'encoursLe LSE travaillerait avec Barclays et Greenhill & Co sur un projet de vente pour lequel l’opérateur boursier londonien demanderait entre 1,3 et 1,5 milliard de dollars.

CIBC, la cinquième banque canadienne par la taille de ses actifs, cherche à grandir dans la gestion de patrimoine et avait déposé une offre auprès de Northwestern Mutual pour acheter Russell Investments en début d’année. Son directeur général, Victor Dodig, a déclaré ce mois-ci qu’il visait la prise de contrôle de gestionnaires d’une valeur supérieure à 2 milliards de dollars canadiens (1,75 milliard de dollars), pour compléter ses activités aux Etats-Unis, où la banque canadienne est déjà présente avec American Century en gestion d'actifs et Atlantic Trust en gestion de fortune.

La candidature de CIBC n’est pas officielle et LSE se refuse à tout commentaire sur le projet de vente et les offres reçues. Selon Bloomberg, l’opérateur boursier aurait été approché par plus de 30 candidats au rachat de la branche de gestion d’actifs de Russell, parmi lesquels des banques, des noms de l'asset management  et des sociétés de private equity.

La Bourse de Londres a racheté Russell pour son activité de gestion d’indices, avec l’ambition de se renforcer sur le continent nord-américain dans un contexte de concentrations dans le secteur. Cette acquisition a permis au LSE de devenir un acteur majeur des indices aux côtés de S&P Dow Jones et MSCI, et d’être le premier fournisseur de «benchmarks» pour les fonds actions centrés sur les Etats-Unis.

A lire aussi