Deutsche Börse nomme à sa tête un ancien dirigeant d'UBS

le 28/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Carsten Kengeter va remplacer Reto Francioni en tant que président du directoire de la Bourse de Francfort au milieu de l'année prochaine.

Un ancien dirigeant d'UBS va prendre la tête de Deutsche Börse. La Bourse basée à Francfort a annoncé que Reto Francioni allait quitter le poste de président du directoire qu’il a endossé pendant près de dix ans après l’assemblée générale de mai. Carsten Kengeter sera son successeur.

Cet ancien de Goldman Sachs, âgé de 47 ans, a été patron de la banque d’investissement d’UBS entre 2010 et 2012. Il avait pris la tête des activités de taux, de devises et de matières premières de la banque suisse en 2008. Après avoir fait partie du directoire d’UBS, Carsten Kengeter a quitté le groupe à la mi-2013. Il se consacrait notamment depuis à l’enseignement. «Nous sommes certains que M. Kengeter ouvrira des perspectives nouvelles et notamment internationales à la Bourse», a déclaré le président du conseil de surveillance de Deutsche Börse, Joachim Faber, dans un communiqué hier.

Et de saluer le travail réalisé par Reto Francioni pour ouvrir de nouveaux marchés à la Bourse, notamment en Asie. L’actuel dirigeant, qui a pris la tête de Deutsche Börse après l’échec du rapprochement avec le London Stock Exchange en 2004, aura atteint la limite d’âge de 60 ans l’année prochaine mais il aurait pu être reconduit. Au passif de son bilan, figure l’échec du rapprochement de Deutsche Börse avec Nyse Euronext. Les autorités européennes ont interdit la fusion des deux groupes en 2012 au motif que la combinaison du Liffe (ex-Nyse Euronext) et d’Eurex (de Deutsche Börse) aurait donné naissance à un monopole sur les produits dérivés. Les Bourses avaient tenté de faire valoir sans succès que les marchés de dérivés listés étaient en concurrence avec les dérivés échangés de gré à gré.

Depuis, Nyse Euronext a été racheté par le groupe ICE, qui a mis en Bourse Euronext pour conserver le Liffe. Le London Stock Exchange a de son côté mis la main sur la chambre de compensation LCH.Clearnet. Dans ce paysage, Deutsche Börse se caractérise par un modèle dit en silo, qui redirige les flux exécutés sur sa Bourse vers ses infrastructures de post-marché (chambre de compensation et système de règlement-livraison). Le nouveau patron de Deutsche Börse devra faire face à l’évolution de la réglementation européenne qui pourrait remettre en cause ce modèle en silo en forçant les chambres de compensation sur les dérivés à s’ouvrir les unes aux autres (interopérabilité). Carsten Kengeter pourrait aussi avoir à positionner Deutsche Börse dans une nouvelle vague de consolidation européenne.

A lire aussi