L'intérêt pour le marché actions continue de reculer

le 27/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après une quatrième semaine consécutive de décollecte, les fonds actions passent derrière les fonds obligataires depuis le début de l'année.

Le marché actions continue de souffrir. Les fonds en actions internationales ont enregistré leur quatrième semaine consécutive de sorties nettes de capitaux sur la semaine achevée mercredi dernier, et comprenant notamment le jeudi noir du 16 octobre. Les données fournies par Bank of America Merrill Lynch et EPFR montrent que les retraits ont atteint 8,6 milliards de dollars au total. Les actions européennes ont continué de souffrir avec une huitième semaine consécutive de sorties nettes (de 2,2 milliards de dollars), alors que les actions japonaises ont enregistré leur plus importante déconvenue depuis 27 semaines avec 3,2 milliards de décollecte sur la classe d’actifs. Aux Etats-Unis, les sorties nettes ont atteint 7,8 milliards principalement par le biais des ETF, et un milliard pour les actions des économies émergentes.

Cette aversion pour le risque a profité au marché obligataire qui a bénéficié de 10,5 milliards de collecte nette sur la semaine. Les obligations d’entreprises notées en catégorie investissement ont signé une 44e semaine consécutive dans le vert avec 5,5 milliards de dollars d’entrées nettes, alors qu’avec 4,9 milliards, les obligations d’Etat ou assimilées ont enregistré leurs plus grosse collecte depuis 37 semaines. Même les obligations high yield ont retrouvé des flux nets positifs de 1,6 milliard pour la première fois depuis huit semaines, alors que les fonds monétaires ont collecté dans le même temps 19,8 milliards. Si les fonds en actions restent plébiscités avec 17 milliards de dollars de collecte depuis le début de l’année, les 19 milliards d’entrées dans les fonds en obligations d’Etat en font désormais la classe d’actifs star sur 2014.

Les retraits ont atteint 8,6 milliards de dollars au total. Illustration L’Agefi.
ZOOM
Les retraits ont atteint 8,6 milliards de dollars au total. Illustration L’Agefi.

A lire aussi