Les investisseurs immobiliers retrouvent de l'intérêt pour La Défense

le 24/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Après le rachat de Cœur Défense par Lone Star en mars, la Tour Blanche, louée à ERDF, vient de changer de mains pour 161 millions d'euros.

Le quartier de La Défense voit à nouveau passer des transactions emblématiques. Après le rachat de Cœur Défense par Lone Star en mars, c’est un immeuble de moindre importance, la Tour Blanche, qui vient de changer de mains pour 161 millions d’euros, comme L’Agefi l’avait évoqué début août. Plaza Global Real Estate Partners, une joint-venture constituée en 2012 entre l’américain LaSalle et le gestionnaire suisse Quantum Global, a racheté l’ex-tour Chartis à Perella Weinberg.

«Nous avons regardé ces derniers mois d’autres opportunités à La Défense, explique Jean-Christophe Bourreille, directeur de l’équipe acquisition de LaSalle Paris. Ce secteur a souffert d’une certaine défiance des investisseurs et des locataires, avec un taux de vacance élevé qui commence à se résorber. Nous estimons que c’est le bon moment pour remettre un pied sur ce marché qui reste très solide, très connu, et où l’ajustement des valeurs locatives est en train de se produire».

La Tour Blanche a été entièrement restructurée par Perella Weinberg moyennant un investissement de 41 millions. Ses 27 étages et ses quelque 26.000 mètres carrés ont été livrés en mars 2014 à ERDF, la filiale de distribution d’énergie d’EDF. «Cette tour présente l’avantage de pouvoir être occupée par un utilisateur unique comme ERDF qui a pu y installer son siège. La Tour Blanche a été louée environ un an avant sa livraison, alors que les pré-commercialisations sont très rares à La Défense», précise Jean-Christophe Bourreille, qui ne dévoile pas le taux de rendement que fait ressortir la transaction.

Mené par CBRE, le processus de vente a débuté au printemps. Les discussions avec LaSalle, épaulé par Baker& McKenzie, ont abouti cet été. L’investisseur a racheté les holdings de contrôle de l’OPCI dans lequel est logé l’immeuble. La transaction a été financée par dette à hauteur de 95 millions d’euros, soit 59%, apportés par la banque hypothécaire allemande Helaba. «Les banques sont très actives sur le marché aujourd’hui et les marges se sont resserrées, mais les prêteurs restent très attentifs à la situation du bien, à la qualité du locataire et leau levier de l’opération», estime Jean-Christophe Bourreille.

Avec cette dernière transaction, LaSalle porte à près de 2 milliards d’euros le montant de ses actifs immobiliers gérés en France.

A lire aussi