«La corrélation entre les taux américains et allemands reste toujours forte»

le 20/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Thierry Sarles, responsable de la gestion de taux chez CPR AM

- L'Agefi : Pourquoi les taux américains ont-ils baissé récemment ?

- Thierry Sarles : Les taux américains à 10 ans avaient commencé à remonter sur un niveau de 2,60% au milieu du mois de septembre, en partant de 2,30%, à la suite notamment de la réunion du FOMC pendant laquelle les anticipations de remontée des Fed funds vues par les membres du comité ont été décalées vers le haut pour 2015 et 2016. Mais, à ce moment-là, l’indice CPI d’août est sorti à 1,7%, en baisse de 0,3 point par rapport au mois précédent et de 0,2 point inférieur aux attentes du marché. S'est ensuivie la divulgation des minutes de la FED, avec pour la première fois, la mention des risques à la baisse sur la croissance venant notamment du ralentissement en zone euro et de l’appréciation récente du dollar. Dans un contexte sans pression salariale haussière et où les prix de l’énergie et de l’alimentation sont en baisse, les hausses de taux de la FED sont décalées et les taux longs baissent.

- Un rebond des taux américains entraînerait-il les taux européens ?

- La corrélation entre les taux américains et allemands reste toujours forte. Par exemple, sur le passage de 2,30% à 2,60% sur le taux 10 ans américain, le taux allemand passe de 0,90% à 1,10%, soit les deux tiers de la hausse. Nous l’avons constaté encore cette année, dans la phase de baisse des rendements, l’écart n’a cessé de se creuser mais les taux ont toujours évolué dans le même sens. Sur l’année passée, cette corrélation a été de 86% sur les taux de maturité 10 ans, et sur les cinq dernières années de 81%. En revanche, sur les taux périphériques, la corrélation serait plus faible, autour de 70% sur un an pour l’Italie par exemple.

Panel Taux
ZOOM
Panel Taux

A lire aussi