Les encours sous gestion de Tobam poursuivent leur envolée

le 09/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Son président Yves Choueifaty n’écarte pas d’approcher les 10 milliards de dollars début 2015. La société applique sa stratégie à l'obligataire.

Yves Choueifaty, le président de Tobam, n’a rien perdu de son appétit de croissance. Les encours de la société de gestion parisienne qu’il a fondée en 2006 sous l’égide de Lehman Brothers ont bondi de 50% en 2012 puis de 100% en 2013 pour atteindre 5,6 milliards de dollars. Alors qu'à fin juin ils s'élevaient à 6,3 milliards, grâce à une collecte nette de 300 millions sur le semestre, le dirigeant «serai(t) satisfait» de pouvoir «tutoyer» la barre des 10 milliards de dollars sous gestion au cours du premier trimestre 2015.

Un objectif soutenu par la signature récente de plusieurs mandats importants non encore investis, qui correspondrait à une progression de 80% des encours en un peu plus d’une année.

Ce dynamisme, Tobam le doit au succès d’une approche originale et brevetée, l’«anti-benchmark». Cette gestion quantitative vise, grâce au travail de douze chercheurs dédiés, à maximiser la diversification (mesurée par le diversification ratio) d’un portefeuille long only et 100% investi. Il s’agit de libérer totalement l’investissement du joug de l’indice de référence, en pondérant (chaque mois) les titres selon leur effet diversifiant. Tobam vise une surperformance annuelle voisine de 500 points de base par rapport à l’univers de référence pour une volatilité réduite d’un quart.

Après avoir appliqué depuis sa création cette approche aux marchés actions internationaux, Tobam se lance aujourd’hui sur l’obligataire. Plus précisément la dette corporate aux Etats-Unis, avec le fonds Anti-Benchmark US Credit. Le gestionnaire affiche pour ce fonds coordonné domicilié au Luxembourg, dont les frais de gestion s’élèvent à 1,5%, un objectif de surperformance moyenne de 120 points de base par an par rapport à l’indice Merrill Lynch US Corporate tout en réduisant la volatilité.

La croissance des encours s’accompagne de celles des effectifs, à 28 personnes aujourd’hui soit 8 de plus qu’il y a douze mois. Désormais à l’étroit dans ses locaux historiques, Tobam s’apprête à rejoindre l’immeuble de l’Atelier Renault, au 53 Avenue des Champs-Elysées. Une adresse de renommée mondiale pour un gérant très internationalisé.

Alors qu’à fin juin déjà, 9% des actifs seulement sont issus de clients français, Tobam commence à explorer l’Asie (1%), avec le soutien de son partenaire Amundi, tandis que son président estime la «part naturelle» de l’Amérique du Nord à 50% contre 23% à fin juin.

A lire aussi