Le volume d'emprunt de la France pourrait atteindre un record en 2015

le 03/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

En ajoutant les fonds nécessaires aux rachats anticipés de dette, le programme d'émission à moyen et long terme dépasserait largement 200 milliards d'euros.

En annonçant le 1er octobre un programme indicatif d’émission de dette à moyen et long terme de 188 milliards d’euros l'an prochain, la France s’apprête à renouer avec le record historique de 2010. Mais dans les faits, les volumes bruts de dette levés sur les marchés devraient largement dépasser les 200 milliards d’euros.

Le programme communiqué par l’Agence France Trésor s’entend en effet net des rachats, et donc des fonds levés par l’AFT afin de rembourser par anticipation des emprunts arrivant à échéance les années suivantes. Or, le montant de ces rachats de gré à gré a gonflé ces dernières années. L’agence de gestion de la dette a lissé grâce à ces opérations les très fortes tombées attendues en 2014, 2015 et 2016, elles-mêmes héritées des énormes déficits enregistrés en 2009 et 2010.

Sur les neuf premiers mois de cette année, l’AFT a déjà procédé à 25,8 milliards d’euros de rachat de titres arrivant à maturité en 2015 et 2016. Elle devait par ailleurs lever 173 milliards de financement à moyen et long terme, un programme réalisé désormais à 99% en comptant les 8 milliards d’OAT adjugées hier. Cela «permet d’envisager un volume de rachats total pour cette année proche de 27 milliards d’euros au moins, donc un volume d’OAT et de BTAN de l’ordre de 200 milliards en intégrant les buybacks», selon Cyril Regnat, stratégiste chez Natixis.

Le Trésor ne s’engage jamais à l’avance sur un montant indicatif de rachats, dont l’intérêt financier dépend des prix de marché, de la demande et de la liquidité à l’instant « t ». Mais en toute logique, leur volume devrait rester l’an prochain à un niveau élevé. L’AFT aura en ligne de mire une montagne qu’elle s’est déjà efforcée d’écrêter: les près de 150 milliards d’euros de dette à rembourser en 2016, record absolu.

En faisant l’hypothèse d’un volume de rachats de 27 milliards d’euros l’an prochain, «l’AFT pourrait placer 215 milliards d’euros d’OAT en 2015, ce qui constituerait un record pour le Trésor», souligne Cyril Régnat. Les besoins de financement en 2009 et 2010 s’étaient révélés supérieurs (jusqu’à 246 milliards), mais le dérapage des finances publiques avait été couvert à l’époque par une forte hausse des émissions de bons du Trésor.

Net à la fois des rachats et des tombées, le volume de l’appel au marché tend en revanche à diminuer. Il atteindrait 68,5 milliards en 2015, contre 69,2 milliards cette année.

A lire aussi