Les régulateurs finalisent leurs recommandations pour les acteurs du forex

le 01/10/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le FSB souhaite que l'industrie se réforme pour prévenir toute manipulation du marché. Il n'écarte pas de recourir à la contrainte à l'avenir

Les régulateurs internationaux ont publié hier leurs recommandations définitives pour prévenir toute tentative de manipulation sur le marché des changes. Les autorités pourraient cependant être amenées à adopter des régulations contraignantes si l’industrie ne se mettait pas en ordre de marche.

Les quinze recommandations publiées par le Conseil de stabilité financière (FSB) sont censées lever toutes les inquiétudes sur l’intégrité du marché des changes, où les volumes de transactions effectuées quotidiennement représentent quelque 5.000 milliards de dollars. Depuis l’année dernière, plusieurs enquêtes ont été lancées en Europe, aux Etats-Unis et en Asie pour tenter de déterminer si celui-ci avait été manipulé, notamment au moment des fixings quotidiens. Même si le FSB croit que toutes les recommandations «vont être acceptées et mises en œuvre par les groupes concernés (…) il est possible que les autorités finissent par conclure qu’un changement réglementaire est nécessaire pour promouvoir et garantir des comportements appropriés et/ou pour faire appliquer les recommandations de ce rapport», prévient-il.

Comme il l’avait fait dans un rapport préliminaire publié cet été, le FSB préconise d’élargir la fourchette de temps à partir de laquelle est établi le fixing de Londres WM/Reuters de 16h00, qui est la référence la plus utilisée pour le marché des changes. Il reviendra à la société WM de consulter le marché pour déterminer quel laps de temps est le plus indiqué. Le FSB note cependant qu’une fourchette de cinq minutes, contre une minute aujourd'hui,  «représente un bon équilibre entre le fait de réduire les incitations à manipuler et celui de s’assurer que le fixing remplit son objectif». Le FSB suggère aussi à WM de prendre en compte davantage de transactions pertinentes pour établir le fixing. Il demande aux banques de mettre en place des procédures internes pour gérer les conflits d’intérêts et prie les teneurs de marchés de ne pas communiquer d’informations importantes au sujet du fixing à des clients ou à des contreparties. Le conseil a renoncé au développement d’une infrastructure de marché centralisée pour les ordres liés au fixing, jugé trop complexe par l’industrie.

«Comme le suggère le rapport, mettre en œuvre ces changements pourrait représenter des défis et des coûts, mais renforcer la confiance dans les marchés est cruciale et l’industrie s’adaptera pour suivre ces recommandations», a réagi la Global Financial Markets Association hier.

A lire aussi