Pioneer pourrait consolider le secteur de la gestion d'actifs une fois marié à Santander AM

le 25/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Sans se hisser encore au niveau des mastodontes européens du secteur, le futur groupe pourrait chercher de nouveaux partenaires

Exit la marque Santander Asset Management (AM). Après sa fusion avec Pioneer Investments, la filiale d’UniCredit, le futur groupe s’appellerait simplement Pioneer. Il pourrait même être coté en Bourse «dans quelques années» après la sortie des fonds actionnaires de Santander AM, a annoncé Federico Ghizzoni, l’administrateur délégué d’UniCredit, en officialisant ses négociations exclusives avec Santander pour la vente de 50% de Pioneer. La banque espagnole a confirmé hier matin les discussions, en précisant qu’aucun accord sur la structure de l’opération n’était conclu pour le moment.

Si elles aboutissent, le nouveau groupe pourrait devenir un consolidateur de la gestion d’actifs, en Europe ou au-delà. Pioneer est très présent aux Etats-Unis (19% de ses encours); Santander AM en Amérique latine (40% de ses actifs). «Il s’agit pour UniCredit d’une opération de croissance suivant une logique industrielle, plutôt qu’une cession visant le respect de ratios réglementaires et prudentiels», estime Alexandre Blondel, consultant chez Equinox-Cognizant. «Bien qu’issu de deux groupes bancaires de référence, le futur ensemble arriverait dans le Top 15 d'un marché européen encore très fragmenté, ajoute-t-il, et il ne serait pas encore au niveau des leaders européens», tels Allianz Global Investors-Pimco et Amundi, candidat il y a quelques années au rachat de Pioneer.

La filiale d’UniCredit affiche 186 milliards d’euros d’encours à fin juin et Santander AM 154 milliards à fin mars. Avec quelque 340 milliards à eux deux, ils n’égalent pas non plus Aberdeen AM (403 milliards d’euros à fin juin), devenu le premier gestionnaire européen coté grâce au rachat de Scottish Widows Investment Partnership. Avant l’opération Pioneer, ce dernier était la plus grosse cible de ces dernières années en Europe. Les autres opérations de fusions-acquisitions ont concerné des acteurs pesant moins de 100 milliards d’actifs (Dexia AM, Ignis AM…).

UniCredit espère concrétiser en novembre la cession partielle de Pioneer. Il garderait un tiers du capital de l’ensemble, les deux autres tiers devant être répartis à parité entre Santander, et l’alliance formée par les fonds Warburg Pincus et General Atlantic, actionnaires à 50% de Santander AM depuis fin 2013. Le gestionnaire espagnol avait alors été valorisé 2,05 milliards d’euros, soit 1,3 % de ses encours. La banque d’affaires Banca Akros, citée par Milano Finanza, retient ce multiple pour évaluer Pioneer à 2,5 milliards d’euros.

A lire aussi