Le dollar continue de réagir positivement au discours de la Fed

le 19/09/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré un message ambigu sur le lancement et le rythme de la normalisation, le dollar continue de se renforcer alors que les taux restent stables

A un mois de la fin du «tapering», les marchés de changes et de taux réagissent différemment à la prochaine normalisation monétaire de la Fed. La dernière réunion du FOMC, qui a vu sa présidente garantir une nouvelle fois un maintien des Fed funds à leurs niveaux actuels «pour une période considérable» après la fin des rachats d’actifs (QE) et ses membres relever leurs prévisions des taux Fed funds («dots») à horizon 2017, a ainsi continué de soutenir le dollar tout en laissant le rendement des Treasuries impassible.

L’indice dollar DXY a progressé de 7% depuis mai pour atteindre 84,58 hier, son plus haut niveau depuis juillet 2010. Le billet vert s’est renforcé de 7,6% contre euro, et de 7,4% contre yen en seulement deux mois. Parallèlement, les taux à 2 et 10 ans sont restés stables à 0,57% et 2,6%. Si le taux 10 ans est en hausse de 26 points de base depuis fin août, il est loin des 3,03% atteints fin 2013 et en ligne avec sa moyenne de 2,65% depuis l’annonce du «tapering» mi-2013. «La Fed a clairement indiqué qu’elle ne souhaite pas s’engager sur le moment où elle changera de stratégie monétaire», explique Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis AM.

Dans le même temps, l’actualisation à la hausse des «dots» fait ressortir un durcissement des anticipations de taux du FOMC où «même les colombes sont devenues faucons», indique Citigroup. Les quatre prévisions les plus basses des Fed funds sont passées de 0,5% en juin à 0,88% pour fin 2015, de 1,75% à 2,12% pour fin 2016 et sont ressorties à 3,12% pour fin 2017. A 3,75% fin 2017, la prévision moyenne des membres est égale au taux de neutralité des Fed funds et suggère un processus de resserrement monétaire de 362,5 pb opéré sur trois ans, contre 425 pb au dernier cycle de hausse des taux opéré sur deux ans entre 2004 et 2006.

En outre, la dispersion des «dots» est plus forte qu’en juin, avec une moyenne qui s’écarte de plus en plus des prévisions de marché. Le taux implicite dérivé des contrats Fed funds ressort ainsi à 0,74%, 1,77% et 2,6% pour décembre 2015, 2016 et 2017, soit respectivement 14 pb, 35 pb et 52 pb de moins que les quatre prévisions les plus accommodantes du FOMC.

Ce qui fait craindre une correction des marchés. Sur les 15 derniers mois, le taux 10 ans moyen s’est tendu de 85 pb par rapport au taux moyen enregistré entre avril 2012 et juillet 2013.

A lire aussi