Les taux européens entrent en territoire inconnu

le 25/08/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La faiblesse historique des rendements semble liée à des espoirs d'un nouveau geste de la BCE

Taux européens

L’ensemble de la courbe des taux en zone euro avécu un étéplacé sous le signe de ladétente. Sur la partie 2 ans, le Schatz allemand se maintient en territoire légèrement négatif depuis deux semaines, alors que le rendement français de même maturité, à seulement 5 points de base, flirte avec la neutralité etteste ses plus bashistoriques enregistrés en décembre 2012 lorsqu’il était tombé à 1,6 pb. Une tendance qui a également profité aux obligations espagnoles et italiennes, dont les rendements à 2 ans se sontdétendus de 26 et 22 pb depuis juillet pour toucher un plus bas de 0,16% et 0,33% vendredi.

Le rendement du Bobl à 5 ans s’est également détendu de 12pb depuis début juillet pour chuter à 0,21%, alors que le rendement du Bund à 10 ans est descendu sous le seuil symbolique de 1% pour la première fois de son histoire, avec un plus bas de 0,95% touché le 15 août. Le rendement français à 5 ans s’est détendu de 5pb depuis début juillet pour tomber à son plus bas historique de 0,41% le 15 août, avant de remonter légèrement à 0,43%. Même constat sur l’OAT 10 ans qui a exploré le rendement le plus faible de son histoire, de 1,34%.

Si le spread entre l’OAT et le Bund s’est stabilisé depuis juin autour de 40pb, soit près de 150pb de moins qu’au cœur de la crise de la dette souveraine de 2011 durant laquelle il a atteint 188 pb, il reste encore supérieur à sa moyenne de long terme de 24pb, et loin de ses niveaux proches de zéro, voire négatifs, qui ont prévalu entre 1996 et début 2008. En outre, la forte détente des taux allemand et français à 30 ans de respectivement 24pb et 20pb sur la seule semaine dernière a permis aux courbes des deux pays de bénéficier d'un mouvement d'aplatissement.

La perspective du lancement des premiers TLTRO le mois prochain par la BCE a également profité aux maturités moyennes des obligations périphériques. Les rendements espagnols et italiens ont chuté de 36 et 18pb à 0,91% et 1,16% sur la partie 5 ans, et 25 et 26pb sur le 10 ans à 2,38% et 2,57%, des plus bas historiques. La semaine dernière, la courbe espagnole s’est également aplatie, avec un resserrement du spread entre taux à 2 et 10 ans de 13pb et de 12,5pb sur le 10-30 ans. De son côté, la courbe italienne s’est translatée de 15pb au-delà des maturités 5 ans et de 10pb sur les maturités plus courtes. La partie courte de la courbe portugaise a affiché la meilleure performance, le rendement à 5 ans se détendant de 48pb et de 61pb sur le 7 ans avec un resserrement du spread contre Bund de 39pb et 48pb.

«Les mauvais indicateurs, l’anticipation d’un réinvestissement des fonds liés aux opérations de refinancement à long terme dans les marchés obligataires européens et l’espoir d’une nouvelle entrée en action de la BCE soutiennent tous considérablement les obligations européennes pour l’instant», alerte SG CIB. En outre, le point mort du bund à 10 ans indexé sur l’inflation est tombé à 1,10 et est désormais plus faible que ceux des autres obligations indexées des grands pays de l’OCDE.

Lors de son intervention vendredi soir au forum des banquiers centraux internationaux qui se tenait à Jackson Hole, Mario Draghi s'est à nouveau dit «confiant que le paquet de mesures annoncées en juin aura les effets positifs escomptés sur la demande», et a ajouté que le programme de rachats d'ABS «avance à grand pas et [que] nous nous attendons à ce qu'il fournisse un assouplissement supplémentaire». Après des chiffres d'activité et d'inflation décevants, il a néanmoins rappelé que la BCE se tient prête «à ajuster davantage l'orientation de sa politique» et a même reconnu que «les anticipations d'inflation ont enregistré une baisse significative sur toutes les maturités».

Taux européens
ZOOM
Taux européens

A lire aussi