Pershing Square veut entrer en Bourse pour accroître sa force de frappe

le 22/08/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L'activiste Bill Ackman a relancé son projet d'IPO. Cotée à Londres, la structure pourrait ainsi disposer de capital permanent

Connu pour ses coups d’éclat contre des sociétés cotées, Herbalife ou Allergan par exemple, Bill Ackman va lui-même goûter aux joies de la Bourse. Le gérant du hedge fund Pershing Square Capital Management a relancé son projet d’IPO. Dans une lettre adressée mi-août à ses investisseurs, reprise par plusieurs médias américains, Bill Ackman a confirmé que le processus devrait aboutir dans le courant du second semestre. Le véhicule Pershing Square Holdings sera coté à la Bourse de Londres. Il est séparé de son fonds amiral, riche de plus de 14 milliards de dollars.

Ce projet de cotation, Bill Ackman le mûrit depuis plusieurs années. Le gérant a commencé à y réfléchir après la faillite de Lehman Brothers. A la suite de lla chute de la banque américaine, Pershing Square avait subi d’importants retraits de fonds de la part de ses investisseurs. En 2009, il avait dû rendre dans l’urgence un quart de ses ressources à ses souscripteurs. Depuis, par précaution, Pershing Square a mis de côté une partie de ses capitaux mais cela contraint sa capacité d’investissement.

Bill Ackman veut s’écarter de cette contrainte. Les fonds levés en Bourse constitueront du capital permanent, échappant aux demandes de remboursement. Les investisseurs pourront simplement vendre leurs titres en Bourse s’ils ne sont pas satisfaits des performances. D’autres hedge funds comme Man, Brevan Howard, Third Point ou Boussard & Gavaudan disposent déjà de structures cotées en Bourse.

Bill Ackman n’a pas donné de détails sur le montant des capitaux qu’il compte lever. La structure destinée à la cotation avait été dotée l’an dernier de plusieurs participations. Au printemps, le New York Times indiquait que le fonds ne serait mis en Bourse qu’une fois atteinte la taille de 4 milliards de dollars. Il pourrait alors lever entre 1 et 3 milliards supplémentaires.

Une première tentative avait échoué l’an dernier, faute d’investisseurs suffisants et d’une performance décevante de son fonds (+9,3% contre +30% pour le S&P 500). Cette fois, Pershing Square veut capitaliser sur ses récents succès pour convaincre les souscripteurs. Depuis le début de l’année, son fonds gagne 27,2%, contre une hausse de 7% pour le S&P 500.

A lire aussi