Les banques soutiennent le projet de réforme du marché des changes

le 14/08/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Global Financial Markets Association accepte bon nombre des recommandations du Conseil de stabilité financière, notamment un élargissement du fixing

Les grandes banques acceptent la majeure partie des recommandations émises en juillet par le Conseil de stabilité financière (FSB) en vue de réformer les méthodes de calcul des taux de change de référence. «Nous acceptons et soutenons bon nombre des recommandations avancées dans le document consultatif et pensons qu'elles peuvent être avantageuses pour l'ensemble des participants du marché des changes», indique dans sa réponse publiée hier le Global Financial Markets Association (GFMA), un groupe représentants 23 banques et intervenants qui assurent à eux seuls 90% du marché des changes. Ce dernier pèse 5.300 milliards de dollars par jour, ce qui en fait le marché le plus important au monde. Il est pourtant le moins réglementé et fait l'objet de diverses investigations sur des soupçons de manipulation.

Au cœur de ces enquêtes figure la cotation WM/Reuters à Londres à 16h00 locales. Celle-ci intervient en l'espace d'une minute, période durant laquelle sont fixés les taux de référence. Le FSB propose une réforme en deux volets afin que les taux soient moins exposés à une manipulation. Il propose en particulier d'augmenter la durée durant laquelle intervient la cotation (fixing), ce que les banques approuvent avec prudence. «Même si nous pensons que l'impact positif d'une fenêtre de fixing élargie risque d'être limité, une fenêtre élargie, mais modérément, c'est-à-dire en doublant ou en triplant la durée de la fenêtre existante, peut être avantageuse en atténuant la concentration du volume de trading et, dans certains cas, la volatilité», répond le GFMA.

Les banques acceptent aussi le principe d'une cotation reposant sur une base de données plus large, même si elles admettent qu'il n'y a pas de «variation sensible» entre les différentes sources fournissant des cours. Le FSB prône la création d'une plate-forme indépendante pour exécuter les transactions aboutissant à l'établissement des taux de référence. Les banques font valoir qu'une plate-forme centralisée réduirait pratiquement à néant le rôle de teneur de marché des cambistes. Le FSB propose d'adopter des procédures de mise à prix pondérée du temps (TWAP), mais les banques jugent que ce procédé n'est pas «optimal».

Le FSB présentera son projet définitif de réforme du marché des changes aux chefs d'Etat et de gouvernement du G20 lors d'un sommet en novembre.

A lire aussi