Le marché boursier alternatif espagnol sort du purgatoire

le 29/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Malgré l’impact retentissant du scandale Gowex pour le MAB, Only Apartments s'est cotée hier sans effrayer les investisseurs

Pas de mauvaise surprise pour Only Apartments, la première PME espagnole à s’introduire sur le Marché alternatif boursier (MAB) de Madrid après la faillite du fournisseur espagnol de wifi Gowex. Pour leur premier jour de cotation, les actions de cette entreprise spécialisée dans la location d’appartements saisonniers ont ainsi grimpé de 57,4%, à 1,98 euro, après l’introduction de 35% de son capital sur le marché alternatif.

L’entreprise créée par Aldon Eldar et sa femme devient ainsi la 24e cotée sur le MAB, et la troisième cette année, après avoir réalisé une augmentation de capital de 2 millions d’euros. Le bon accueil par les investisseurs internationaux et nationaux permettra de lever des fonds pour accélerer son «expansion géographique», explique son président.

Pourtant l’impact de la découverte des comptes falsifiés par le PDG de Gowex, Jenaro García, avait jeté le discrédit sur ce marché secondaire et nombreux étaient les analystes à craindre une nouvelle fuite des investisseurs après cinq ans de crise économique en Espagne. Le scandale Gowex a eu l’effet d’une bombe sur le MAB, le marché boursier créé en 2009 pour les PME espagnoles à la recherche de capitaux. Toutes les valeurs des entreprises cotées sur ce marché avaient alors dégringolé, et certaines avaient évoqué leur transfert.

A contre-courant de l’opinion générale, Juan Ignacio Sanz, professeur de finances à l’Esade Business School, pense que «le cas de Gowex va servir à renforcer les contrôles qui n’ont pas fonctionné». «Jusqu’à maintenant ces contrôles étaient purement formels. On contrôlait l’existence de la documentation mais pas l’information qui y était contenue. C’est ce qui a favorisé la fraude», déclare-t-il. Selon lui, «il faudra désormais s’assurer de l'efficacité des contrôles» et demander des responsabilités aux entités chargées de les réaliser, qui n’ont pas su assurer leurs obligations. Ces entités visées sont le régulateur du MAB, Bolsas y Mercados Españoles, les banques conseils pour les IPO et les commissaires aux comptes.

C’est d’ailleurs dans ce sens que le gouvernement espagnol travaille. Selon le quotidien Expansion, Madrid compte adopter en septembre prochain un projet de loi pour établir une régulation plus stricte des auditeurs.

A lire aussi