Les régulateurs veulent des taux de change fiables

le 16/07/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le Conseil de stabilité financière réagit aux soupçons de manipulation du marché du forex

Le FSB veut modifier les modalités du fixing des taux de change.

Le Conseil de stabilité financière (FSB) a dévoilé hier quinze recommandations pour garantir la fiabilité des fixings de change. Alors que des enquêtes ont été lancées par des plusieurs régulateurs pour déterminer si des traders avaient tenté de manipuler le marché des changes, le FSB propose notamment d’allonger, au-delà d’une minute, le temps de trading à partir duquel est calculé le fixing londonien tous les jours à 16 heures. Le FSB s’interroge aussi sur l’intérêt d’autres méthodes de calcul du prix de référence.

Les travaux du FSB sur les fixings de change, dirigés par Guy Debelle de la banque centrale australienne et Paul Fischer de la Banque d’Angleterre, ont été initiés au début de l’année 2014, soit quelques mois après les premières révélations sur des soupçons de manipulation des changes. Le Conseil a concentré ses recommandations, soumises à consultation jusqu’au 12 août, sur le fixing calculé par WM/Reuters à 16 heures à Londres.

Ce fixing, créé en 1994, est de loin le plus utilisé sur le marché des changes et sert notamment de référence pour de nombreux indices, notamment les indices actions MSCI. Le Conseil de stabilité financière prend soin de souligner que, contrairement au Libor par exemple, ce «benchmark» est calculé à partir de transactions réelles, notamment celles recueillies par Reuters. Pour produire l’indice, toutes les heures et demi-heures pour certaines devises, WM se base sur les transactions exécutées au cours d’un laps de temps d’une minute.

Le FSB suggère d’élargir cette fenêtre de calcul. Ce changement a déjà été discuté par le fournisseur du «benchmark» selon un article du Financial Times publié en mars dernier. Selon les propositions dévoilées hier, non seulement «plusieurs contacts du buy-side ont suggéré qu’une période de calcul du fixing plus longue donnerait plus de temps au marché pour digérer le flux de transactions liées au fixing» mais «il serait plus difficile de peser sur les prix sur une période de temps plus prolongée et les mouvements de prix inhabituels au moment du fixing seraient plus visibles». Le FSB suggère cependant que la période de calcul ne soit pas trop élargie pour que le fixing serve bien de prix de référence à une heure donnée.

Le FSB s’interroge également sur l’opportunité de nouvelles méthodes de calcul, en créant par exemple une pondération par les volumes. Il évoque aussi l’idée de décaler légèrement le fixing pour qu’il ne soit pas perturbé par la publication de nouvelles économiques, qui se font généralement à l’heure ou à la demi-heure. Enfin, le FSB demande s’il ne serait pas possible à WM d’utiliser davantage de sources de marchés pour calculer sa référence.

Les régulateurs ne s’attardent par sur les prix de référence calculés par la Banque centrale européenne (BCE). En revanche, ils plaident pour une amélioration des infrastructures de marché et appellent de leurs vœux la création d’une infrastructure internationale pour le «matching des ordres».

Enfin, le FSB soumet à consultation des recommandations générales pour «supprimer les incitations à la manipulation des prix». Les banques sont priées de renforcer leurs contrôles internes et les teneurs de marchés de ne pas donner d’informations sur leurs positions au-delà de ce qui est strictement nécessaire.

A lire aussi