L'Ukraine risque de faire défaut sur sa dette

le 24/02/2014 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Alors que l’évolution du paysage politique reste incertaine à l’issue d’un week-end mouvementé, S&P a dès vendredi dégradé la note du pays à CCC

Si la fin de semaine dernière a été riche en rebondissements sur le plan politique en Ukraine, passant par la destitution par le Parlement du président Viktor Ianoukovitch, la libération de l’opposante Ioulia Timochenko et l’attente de la désignation d’ici demain d’un gouvernement d’union nationale, la situation économique du pays reste très délicate. Vendredi déjà, l’agence de notation Standard & Poor’s estimait «probable que l’Ukraine fasse défaut en l’absence de changements positifs significatifs» et dégradait la notation du pays de CCC+ à CCC.

C’est la deuxième fois en moins d’un mois que S&P dégrade lanote de l’Ukraine. Le pays est noté Caa par Moody’s et CCC par Fitch. La note de S&P, à deux crans du défaut, est assortie d’une perspective négative, car «le gouvernement ukrainien doit toujours sécuriser un financement extérieur». Or, «le soutien financier attendu de la Russie est devenu de plus en plus incertain et dépendant de l’issue de la dégradation politique en Ukraine», notait S&P. Moscou s’est engagé en 2013 à prêter 15 milliards de dollars à Kiev pour l’empêcher de faire défaut sur sa dette qui est en grande partielibellée en devises (55%). Seulement 3 milliards de dollars avaient été versés la semaine dernière, les versements de 2 milliards de dollars prévus en janvier et en février ayant été reportés. De fait, le chef de l’Etat par intérim, Oleksander Tourchinov, a assuré hier que Kiev accepterait de discuter avec Moscou «sur une nouvelle base d'égalité et de bonne entente, qui reconnaisse et prenne en compte le choix européen de l'Ukraine», mais qu'il ferait du «retour à la voie de l'intégration européenne» une priorité.

S&P prévenait vendredi que même si le gouvernement devait tomber, elle aurait «peu de visibilité sur le type de gouvernement qui pourrait lui succéder et ses priorités».

Alors que le pays, peu compétitif, a un déficit courant très important, ses réserves de change sont tombées de 20,4 milliards de dollars en décembre dernier à 17,8 milliards en janvier. Pour S&P, la probabilité d’une dévaluation de la devise locale a beaucoup augmenté, ce qui pourrait compliquer encore la tâche du gouvernement pour rembourser sa dette en devise étrangère. La devise locale a déjà perdu près de 8% cette année contre le dollar pour atteindre 8,95 hryvnias pour un dollar au taux officiel vendredi.

A lire aussi