Le Panel Crédit reste très positif sur la classe d'actifs

le 04/11/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La majorité des gérants sont à surpondérer en novembre alors que le millésime 2013 s'annonce inespéré pour le crédit corporate

Tout comme les gérants actions plébiscitent encore les Bourses, les membres du Panel Crédit demeurent très positifs sur la classe d’actifs. Pour le mois de novembre, les panélistes maintiennent comme en octobre leur exposition à surpondérer, et leur perspective sur l’évolution des spreads à 30 jours est même passée de «neutre» à «positive». Dans le même temps, la part de cash en portefeuille a été réduite de 4,72 % à 3,15%, une baisse due en partie à des effets de base dans la composition du panel. Autre indicateur d’appétit pour le risque, la duration des portefeuilles a légèrement augmenté.

Parmi les changements du mois, CM CIC AM et La Banque Postale AM sont passés de neutre à surpondérer et ont en conséquence ramené de 5% à 3% et de 10% à 5% la part de cash dans leur portefeuille. Du côté des optimistes figurent aussi Amundi et Dexia AM, qui ont relevé leur perspective sur les spreads. Groupama AM a effectué le chemin inverse en ramenant sa position à neutre de même que ses anticipations sur les spreads.

Le marché du crédit bénéficie toujours de l’afflux de liquidités, et aucune mauvaise nouvelle sur le front économique ne semble pouvoir entraîner un élargissement notable des spreads d’ici à la fin de l’année. Malgré toutes les incertitudes et les crises politiques qui ont émaillé l’annnée (Chypre, tapering, etc.), 2013 s’annonce à nouveau comme un bon millésime.

«Le rendement du crédit corporate investment grade dépasse 2% et celui du high yield s’approche de 6,5% sur l’année en cours, ce qui constitue une performance stellaire qui semblait encore improbable il y a un mois, relèvent Suki Mann et Juan Esteban Valencia, stratégistes crédit à la Société Générale. Une performance supérieure à 7% pour le marché high yield à la fin de l’année n’est plus improbable». Sur les marchés dérivés, les indices iTraxx ont testé fin octobre leurs plus bas niveaux de l’année.

«Le mauvais trade dans le crédit corporate est de ne pas être assez investi», soulignent Suki Mann et Juan Esteban Valencia, d’autant que les volumes sur le marché secondaire demeurent faibles. Face à la demande des investisseurs, la tendance des dernières semaines consiste en une recrudescence des émissions hybrides ou subordonnées. Les montants de dettes subordonnées financières placées en 2013 dépassent 20 milliards d’euros, dont plus de la moitié en septembre et octobre, contre 14,6 milliards pour tout 2012.

Caixabank s’est distinguée la semaine dernière en émettant 750 millions de dette tier 2. Ces instruments, de même que les titres tier 1 et additional tier 1 (AT1), devraient rester prisés des banques qui doivent muscler leurs fonds propres, notamment dans la perspective du bilan de santé mené par la BCE en 2014. Côté entreprises, Solvay a mandaté plusieurs banques, HSBC en tête, pour plancher sur l’émission prochaine d’une dette non datée.

panel mensuel crédit
ZOOM
panel mensuel crédit

A lire aussi