La Fed teste sa capacité à piloter la hausse des taux monétaires

le 25/09/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La Réserve fédérale a lancé une opération de «reverse repo» à taux fixe, notamment destinée à fixer un taux plancher sur le marché monétaire

La Fed teste ses outils de sortie de crise. La Réserve fédérale de New York a discrètement procédé lundi à une opération dite de «reverse repo» à un jour d’un montant de 11,81 milliards de dollars, qui a été intégralement souscrite. Ce type d’opération permet à la Fed de racheter des titres auprès de contreparties éligibles en leur fournissant des obligations du Trésor en garantie à un taux de 0,01%. Si ces opérations sont déjà utilisées, la nouveauté, introduite à la réunion du FOMC de juillet, est d’avoir utilisé des taux fixes et non variables.

Le but est de gommer les excès de liquidités dans le système, et de piloter la variation des taux monétaires. Si ces opérations permettent d’alléger le bilan des banques, les banques centrales ne laisseront pas le collatéral injecté par le biais de ces opérations revenir aux mains des marchés privés dans la mesure où cela aura un impact sur les taux de refinancement, estime Manmohan Singh, économiste au FMI, dans une note sur FT Alphaville. Or, les besoins du marché pour ces titres sont estimés entre 500 milliards et... 10.000 milliards de dollars.

William Dudley, le président de la Fed de New York et fidèle de Ben Bernanke se défend de voir dans cet outil «un élément du processus de sortie (du QE)». Il explique que «même si la taille de notre bilan continue à progresser de manière significative et demeure très importante encore pendant de nombreuses années, il sera utile d’avoir ce levier disponible pour améliorer le contrôle de notre politique monétaire». Il permettra en outre de «faciliter l’introduction d’un plancher sur les taux monétaires», une bouffée d'oxygène pour les fonds monétaires, et de réduire la volatilité.

«Ce que la Fed souhaite vraiment tester est le mécanisme de réponse des marchés», estime William O'Donnell, responsable de la stratégie chez RBS. Il y a actuellement 139 participants éligibles à ce programme test (94 fonds monétaires, 21 coutiers, 18 banques et 6 agences d’Etat).

Si chaque contrepartie a une capacité de participation limitée à 500 millions de dollars par opération pour un taux minimum offert de 0,01%, la Fed envisage d’augmenter la taille maximum à un milliard, et le taux à 0,05%. Ce qui permettrait de porter la taille de chaque opération entre 40 et 50 milliards de dollars, et proposerait «une offre de collatéral suffisante qui permettra, à la marge, de se prémunir contre un passage des taux courts en territoire négatif», selon William O'Donnell.

A lire aussi