BNP Paribas Investment Partners entame sa réorganisation

le 25/09/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le pôle de gestion de BNP Paribas pourrait reprendre en main sa boutique Theam et donner plus de poids à sa division institutionnelle

Photo: PHB

Annoncée fin juillet, la nouvelle feuille de route de la gestion d’actifs de BNP Paribas prend corps. BNP Paribas Investment Partners (BNPP IP) devrait ainsi continuer à rationaliser son réseau de «boutiques». Selon des sources concordantes, sa filiale Theam passerait sous la coupe de Christian Dargnat, directeur des gestions de BNPP IP et directeur général de BNPP Asset Management (AM), le centre multi-expertises du groupe. La nouvelle aurait été annoncée vendredi, dans un message interne envoyé par Philippe Marchessaux, patron de BNPP IP.

Theam est née, en 2011 seulement, de la fusion de Harewood et Sigma. Spécialiste des fonds indiciels, structurés et de multigestion alternative, la société de gestion affiche 44 milliards d’euros d’encours (au 30 septembre 2012), sur les 375 milliards d'euros gérés par BNPP IP (à fin juin 2013). Theam n’a pas souhaité faire de commentaires et BNPP IP n’a pas répondu aux sollicitations de L’Agefi.

«Le modèle multiboutique a montré ses limites dans tout le secteur, estime Manuel Arrive, senior director chez Fitch Ratings. BNPP IP a ainsi réduit le nombre de ses partenaires en 2011-2012 en fermant Overlay AM, en restructurant Alfred Berg, FundQuest et OBAM, et en vendant Fauchier Partners».

Pour simplifier un dispositif jugé complexe et coûteux par certains observateurs, BNPP IP devrait désormais s’articuler autour de deux grands pôles : les institutionnels et le retail (distribution), a dévoilé hier Newsmanagers (groupe Agefi). Selon une source syndicale, «Philippe Marchessaux a annoncé prendre la responsabilité directe de la clientèle institutionnelle», le nouvel axe de développement. «Les centres de gestion devraient être répartis entre les divisions institutionnels et retail», ajoute une source externe. Après le départ de plusieurs responsables de la gestion et des ventes, les nominations sont encore rares, à l'exception de celle de Ligia Torres, depuis peu à la tête de l’Asie et des pays émergents.

Avec les institutionnels, ces marchés doivent permettre d’enrayer la décollecte de BNPP IP, encore très dépendant des réseaux bancaires. Le pôle vise 40 milliards d’euros de collecte nette d’ici à 2016, après 19 milliards de sorties nettes au deuxième trimestre. Un vrai défi : cette année, il est seulement classé 5e meilleur gestionnaire par les institutionnels français, selon le cabinet Amadeis.

A lire aussi