La Fed se prépare à lancer les premières réductions de rachats d'actifs

le 12/08/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Quatre membres de la banque centrale américaine ont évoqué la semaine dernière un début du processus dès sa prochaine réunion de septembre

Des voix concordantes s’élèvent au sein de la Fed pour envisager une entame imminente du ralentissement du rythme de rachats d’actifs («Fed tapering»), actuellement de 85 milliards de dollars par mois. Jeudi, le «faucon» et président de la Fed de Dallas, Richard Fisher, a milité pour engager le processus dès la prochaine réunion du comité de politique monétaire (FOMC) les 17 et 18 septembre. «Nous avons commencé à faire passer l’idée… que le QE ne peut durer indéfiniment. Les marchés ont commencé à se faire à cette idée, la courbe s’est pentifiée.»

Il s’agit du quatrième membre à se prononcer dans ce sens. Dennis Lockhart, président de la Fed d’Atlanta, s’était dit prêt à voter pour un tapering dès septembre, tout en spécifiant qu’il sera conditionné à l’amélioration de l’activité. De son côté, Sandra Pianalto, la présidente de la Fed de Cleveland qui a toujours suivi les décisions prises par le FOMC, s’était félicitée de voir l’emploi se reprendre plus vite qu’attendu et avait ajouté que si ce mouvement se poursuivait, elle serait «prête à réduire le rythme mensuel des rachats d’actifs».

Le président a Fed de Chicago, Charles Evans, «colombe» et fidèle de Ben Bernanke, a confirmé les propos tenus par son président en juin annonçant la fin du QE3 lorsque le taux de chômage serait revenu à un niveau de 7%, tout en précisant que les taux directeurs resteraient, eux, à un niveau faible, même lorsqu’il repasserait sous les 6,5%. Si le taux de chômage a chuté à 7,4% en juillet, se rapprochant ainsi du seuil des 7%, le dernier rapport sur l’emploi a déçu. «Le marché du travail ne génère pas de hausse marquée des revenus des ménages», estime BNP IP.

Ces dernières semaines, la Fed craignait les conséquences sur la croissance d'une remontée trop vive des taux, avec un rendement des «Treasuries» à 10 ans qui a atteint 2,75% le 8 juillet après être tombé à un plus bas de 1,61% depuis début mai. Cependant, le taux à 10 ans est depuis revenu se stabiliser à 2,59% vendredi.

Pourtant, si comme l’indique Richard Fisher, les membres de la Fed suivent «tous la même partition», le début et le rythme du tapering n’est pas encore fixé. «Les données actuelles suggèrent plutôt un début du retrait au mois de décembre, pas plus tôt, et le processus pourrait durer jusqu’en septembre 2014», estime BNP Paribas qui n’exclut pas un prolongement du processus en cas de chiffres économiques décevants.

A lire aussi