Le programme de soutien à l'économie britannique peine à porter ses fruits

le 05/06/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Le flux net de crédits débloqués dans le cadre du Funding for Lending Scheme de la BoE a reculé de 300 millions de livres au premier trimestre

Les résultats du programme de soutien britannique à l'économie sont toujours décevants. En dépit de l’aide accordée à 40 banques et spécialistes de l’immobilier, par la Banque d’Angleterre (BoE) via le Funding for Lending Scheme (FLS), le flux net de crédits à l’économie a baissé de 300 millions de livres au premier trimestre de cette année. Le recul avoisine1,8 milliard de livres depuis le lancement du dispositif d’aide à l’été dernier.

«La croissance atone du crédit est dans l’ensemble conforme à ce qui était attendu», assure Paul Fisher, directeur exécutif des marchés à la BoE, dans un communiqué. La banque centrale espère que le flux net de crédits augmentera pour devenir légèrement positif au cours du reste de l’année. «Il pourrait sembler à certains commentateurs que le FLS a été un échec. Cela ne nous paraît cependant pas juste», écrit James Knightley, chez ING. «Nous suspectons fortement que, sans le programme, le crédit bancaire se serait contracté bien plus significativement».

Au dernier trimestre, 13 participants au programme qui permet d’obtenir des financements peu chers, ont emprunté 2,6 milliards de livres à la BoE. Ceci porte à 16,5 milliards de livres la somme prêtée depuis le lancement du FLS. 27 établissements sur 40 ont augmenté leurs volumes de crédits sur les trois premiers mois de l’année pour 5,1 milliards de livres. Cela n’a cependant pas suffi à compenser la baisse des crédits relevée chez les autres établissements et surtout chez Santander, RBS et Lloyds.

Pour la BoE, ce recul, qui affecte les entreprises et non les ménages, reflète la volonté de certains prêteurs de réduire leurs portefeuilles de crédits qui ne s’inscrivent pas dans leur cœur de métier, notamment dans le domaine de l’immobilier commercial.

La BoE se félicite de voir que les coûts de financement «se sont réduits de façon significative depuis l’annonce du FLS et restent à des niveaux bas». Elle estime cependant qu’il faudra du temps avant que l’amélioration des conditions de crédit ne se répercute sur les volumes de prêts. Elle vient d’ailleurs d’annoncer la prolongation d'un an du programme de soutien, jusqu’en janvier 2015, et son élargissement. Michael Saunders chez Citi espère que cet aménagement portera ses fruits car à ses yeux le programme de la BoE pourrait plutôt s’appeler «Funding for not Lending».

A lire aussi