Les marchés « frontières » rattrapent une partie de leur retard

le 23/04/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Ce segment des marchés actions émergents demeure toutefois près de 40% en retrait de ses plus hauts de 2008

Au sein des marchés émergents, les investisseurs en actions distinguent les marchés «frontières» qui bénéficient d’un marché financier déjà établi, mais dont la capitalisation boursière, la liquidité ou l’accessibilité demeurent en deçà des critères retenus par les grands producteurs d’indices. Cet ensemble, qui réunit des pays aussi divers que le Qatar, le Kazakhstan, le Nigeria ou le Vietnam, affiche un stade de développement économique plus précoce, mais aussi un potentiel de croissance plus important. C’est surtout vrai par rapport aux marchés émergents les plus matures dont certains se rapprochent des pays développés.

Or, contrairement aux marchés émergents qui ont quasiment retrouvé leurs niveaux de 2008, ces marchés affichent encore des niveaux près de 40% inférieurs. Le décrochage est intervenu dans la remontée de 2009 et s’est accentué jusqu’à l’année dernière. Les raisons sont à chercher dans la volonté des investisseurs de ne pas s’exposer aux segments perçus comme les plus volatils des marchés d’actions, mais aussi dans l’impact du «printemps arabe», lorsqu'on sait que près de 60% de la capitalisation des marchés frontières est investie sur les marchés du Moyen-Orient.

Le rattrapage semble pourtant en marche: sur la base des données à fin mars 2013, l’indice MSCI Frontier affiche ainsi sur un an glissant une performance de +11,6% alors que l’indice MSCI Emerging Markets doit se contenter de +2%. Si l’on ne peut écarter le fait que les marchés frontières présentent par nature des risques plus importants, on peut commencer à s’y intéresser pour leur caractère diversifiant et pour les perspectives de croissance à long terme de pays qui n’en sont encore qu’aux prémices de leur développement.

nuno.teixeira@schroders.com

 

Les marchés « frontières » rattrapent une partie de leur retard
ZOOM
Les marchés « frontières » rattrapent une partie de leur retard

A lire aussi