Chypre trouve un accord avec l'Eurogroupe

le 25/03/2013 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Il permet au pays de recevoir début mai une première tranche d’aide de 10 milliards d'euros

Photo: PHB

Le pire est évité. Un accord a finalement été trouvé ce matin entre Chypre et la Troïka (Union européenne, FMI et BCE) au terme d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro entamée hier à 22 heures, avec quatre heures de retard sur le planning. De quoi permettre à Chypre de recevoir dès début mai une première tranche d’aide de 10 milliards d'euros, a indiqué Klaus Regling, directeur général du Mécanisme européen de stabilité (MES). Des fonds qui ne seront pas utilisés pour recapitaliser les banques du pays.

L’accord permet d’éviter la panique des retraits au guichet (bank run) en imposant des pertes uniquement pour les dépôts non assurés, c'est-à -dire ceux qui dépassent 100.000 euros. «Tous les déposants non assurés de chaque banque seront entièrement protégés, en accord avec la législation de l'UE sur la question» assure le communiqué de l’Eurogroupe.

Popular Bank of Cyprus (Laïki), la deuxième banque du pays, sera ainsi fermée «avec la pleine contribution des actionnaires, des porteurs d'obligations et des déposants non assurés», et divisée en une banque assainie («good bank») et une structure de défaisance («bad bank»). La banque assainie sera fusionnée avec Bank of Cyprus (BoC), à l'aide du Cadre de résolution de défaillance, et emportera avec elle 9 milliards d’euros de liquidités apportés par la BCE à titre de mesure exceptionnelle. Jeroen Dijsselbloem, président de l'Eurogroupe, a précisé que les seuls dépôts supérieurs à 100.000 euros de Laïki devraient permettre à Chypre de lever 4,2 milliards d'euros, afin de compléter le plan de sauvetage international.

«Seuls les dépôts non assurés de BoC resteront gelés jusqu'à ce que sa recapitalisation ait été effectuée, et pourront en conséquence subir les conditions idoines» précise le communiqué. BoC sera recapitalisée par une conversion des dépôts en participations pour les déposants non assurés, avec une conversion telle qu'un ratio de fonds propres de 9% sera assuré d'ici la fin du programme.

Même si la mise à contribution imposée aux dépositaires non assurés est bien supérieure à ce qui était initialement prévu avec des pertes qui pourraient dépasser les 40%, le projet de taxe imposée à l'ensemble des déposants chypriotes a finalement été abandonné. De quoi se passer d’un vote au parlement chypriote, selon Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances. «Il aurait seulement fallu adopter d'autres lois si une taxe sur les dépôts non assurés avait été évoquée, mais ce n'est pas nécessaire pour restructurer les banques en question».

Un accord qui assure que «le Conseil des gouverneurs de la BCE alimentera en liquidités BoC, selon les règles en vigueur», alors que l’ultimatum de l’autorité de ne plus alimenter les banques du pays en liquidités expirait ce matin.

Barclays estime qu’une fuite des dépôts est inévitable. «Malgré la taille élevée du système bancaire par rapport à l’économie du pays (7 fois), nous estimons que les banques peuvent encaisser des fuites de dépôts de 43% avec le soutien du programme de liquidité d'urgence (ELA); peut-être plus si le cadre de garanties est assoupli» assure néanmoins la banque.

Signe du soulagement des marchés, l’euro reprenait 0,4% contre dollar ce matin pour atteindre 1,3036, et 0,7% contre yen, à 123,63.

A lire aussi