L'Australie ramène ses taux directeurs à leurs niveaux de 2009

le 04/12/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La RBA a baissé ses taux à 3%. Elle estime que si les baisses passées produisent leurs effets, le dollar australien reste néanmoins surévalué

L’Australie s'inquiète de la force de sa devise. La banque centrale du pays (RBA) a annoncé ce matin une nouvelle baisse de son taux de refinancement de 25 points de base pour le réduire à 3%. Un niveau jamais vu depuis les plus bas de la crise financière, en 2009. «Même si le plein effet des mesures déjà prises reste à venir, le Comité a jugé lors de sa réunion d’aujourd’hui qu’un nouvel assouplissement de sa politique monétaire était à présent approprié» a expliqué la Reserve Bank of Australia.

Et d'ajouter qu’il y a des «signes que les baisses de taux commencent à avoir les effets escomptés, même si le taux de change reste plus élevé que ce que nous aurions pu espérer, compte tenu de la baisse des prix à l’exportation et de l’affaiblissement de la croissance mondiale». Le dollar australien progressait à 1,0442 ce matin après l’annonce.

L’attrait de la qualité de crédit AAA de la dette australienne offrant des rendements supérieurs à ceux des Etats-Unis a entrainé une flambée du dollar australien contre billet vert de 48% depuis fin 2008, et a même atteint un record historique de 1,1081 en juillet 2011. Le consensus prévoit pourtant que la croissance australienne atteigne 3,5% cette année, contre 2,2% aux Etats-Unis, malgré un taux de chômage qui s’est hissé à 5,4%, son plus haut niveau depuis plus de deux ans, et une chute des exportations de minerais de fer vers la Chine à un plus bas de 19 mois.

Sous l’effet des 175 points de base de baisses de taux directeurs depuis novembre 2011, le taux à 10 ans australien a chuté de 49 pb depuis le début de l’année, à 3,18%, mais reste supérieur de 170 pb au taux 10 ans américain. En juin dernier, il avait chuté à son plus bas niveau historique de 2,698%. Si le rendement des obligations d’Etat australiennes est resté atone à seulement 0,3% depuis le 30 septembre dernier, soit la plus mauvaise performance des titres des 26 pays analysés par Bloomberg, il reste performant à 5,8% depuis le début de l’année, contre 2,7% pour les obligations américaines.

La part d’obligations souveraines australiennes détenue par les non résidents a certes chuté de 76,6% à fin juin, à 72,2% fin septembre, selon Bloomberg. Cependant, les investisseurs se sont rués sur les obligations kangourous le mois dernier avec un ratio moyen de demande lors des adjudications atteint 4,93 fois, son plus haut niveau depuis quatre ans. La différence entre le taux 10 ans australien et américain ayant progressé de 33 pb pour atteindre 179 pb entre le 30 septembre et vendredi dernier. Et les économistes estiment que le potentiel de baisse des taux australiens reste limité.

A lire aussi