Edmond de Rothschild entend réduire d’un quart ses effectifs dans la gestion

le 31/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Un plan de départs volontaires est ouvert jusque fin 2012, visant 66 postes en France. La quasi-totalité des effectifs a été sollicitée

Edmond de Rothschild entend réduire d’un quart ses effectifs dans la gestion. Photo: PHB/Agefi

Dans le sillage du rapprochement de ses activités de gestion, annoncé cet été, La Compagnie Financière Edmond de Rothschild va tailler dans ses effectifs. La fusion d’Edmond de Rothschild Asset Management (Edram) et Edmond de Rothschild Investment Managers (Edrim) «entraîne des recouvrements dans les équipes et les systèmes. Un plan de départs volontaires a donc été ouvert», indique à L’Agefi une source proche du dossier, confirmant une information des Echos.

Ce plan, ouvert mi-octobre, court jusqu’au 31 décembre 2012. «Il vise une réduction maîtrisée des effectifs, soit le quart de l’ensemble des équipes», poursuit la source. Un total de 66 postes a vocation à être supprimé, sur un effectif global de 264 postes actuellement chez Edrim et Edram et 1.000 au sein de LCF Rothschild. Un plan de sauvegarde de l’emploi a également été mis en place. LCF Edmond de Rothschild, qui confirme le nombre de postes visés, n’a pas souhaité faire de plus amples commentaires.

«251 personnes, allant du dirigeant à la secrétaire, ont été sollicitées en interne, en vue de savoir si elles étaient prêtes à partir ou non», explique une source syndicale à L’Agefi. Soit la quasi-totalité des effectifs. Les organisations syndicales, consultées fin septembre, se sont opposées à ce plan.

Le groupe «attend ainsi une plus grande lisibilité de son offre de gestion et un bénéfice à la complémentarité des deux sociétés de gestion», déclare une source proche du dossier. La création du nouveau pôle, qui disposera de plus de 20 milliards d’euros d’encours, a également vocation à «renforcer l’action commerciale (…) et à améliorer l’efficacité de sa plate-forme», avait annoncé le groupe mi-juillet. Sous réserve de l’accord des autorités de tutelle, la fusion entre Edrim et Edram doit être effective au 1er décembre prochain.

Edram, qui gérait à fin 2011 des encours de 12,3 milliards d’euros selon des informations disponibles sur le site internet, dispose d’expertises dans la gestion actions, l’allocation d’actifs et la gestion d’obligations convertibles. Edrim, qui gérait à fin septembre plus de 9 milliards d’euros d’actifs, couvre six domaines d’expertises incluant la gestion de taux et de crédit et la gestion alternative. «L’idée est que l’ensemble des expertises demeure après la fusion», indique une des sources.

A lire aussi