La BoJ s'engage dans une spirale d'assouplissement monétaire pour sortir de la déflation

le 31/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les 11.000 milliards de yens rajoutés à son programme de rachat d'actifs ne suffiront pas à atteindre l'objectif d'inflation de 1% d'ici 2014

A circonstance exceptionnelle, réaction exceptionnelle. Sous la pression politique, la Banque du Japon (BoJ) a accordé une rallonge de 11.000 milliards de yens à son programme de rachat d’actifs (PRA) pour le porter à 91.000 milliards (885 milliards d’euros). Il s’agit du deuxième assouplissement monétaire au Japon en seulement deux mois, fait rarissime. Les taux directeurs ont en revanche été maintenus dans leur fourchette de 0 à 0,1%, et la duration maximale du PRA n’a pas été étendue au-delà des 3 ans actuels.

Sur les 11.000 milliards supplémentaires, 1.000 milliards seront consacrés à des rachats d’actifs risqués, dont 500 milliards d’ETF, 300 milliards de dette d’entreprise et 100 milliards de billets de trésorerie. Une facilité de crédit d’un montant illimité à long terme au taux de refinancement de 0,1% sera en outre créée par la BoJ dans le but de stimuler l’octroi de crédits bancaires. «Le problème n’est pas la capacité des banques à prêter, mais le manque de demande pour les prêts du fait de la déflation et du taux de change élevé», estime néanmoins Bank of America.

Dans un communiqué commun, le gouverneur de la BoJ, Masaaki Shirakawa, et le ministre de l’Economie qui assiste aux réunions de la banque centrale, Seiji Maehara, ont affirmé leur unité pour mettre en œuvre tous les moyens nécessaires pour sortir l’économie de la déflation. «La BoJ poursuivra un assouplissement monétaire puissant afin d’atteindre l’objectif d’inflation de 1% et jusqu’à ce que ce but soit en ligne de mire». Or, l’autorité a baissé ses prévisions d’inflation à 0,8% d’ici fin mars 2015, repoussant ainsi d’un an l’atteinte de l’objectif de 1% à l’année fiscale 2015-2016 dans un contexte de risque sur la croissance. La production industrielle a chuté de 4,1% en septembre, un record depuis le tsunami de mars 2011.

Déçus de la décision de la BoJ tant les attentes étaient fortes avec des estimations allant de 5.000 à 20.000 milliards de yens, «les marchés continueront à attendre davantage de la BoJ» prévient Bank of America. Le yen gagnait 0,6% hier contre dollar, revenant à 79,28 après avoir atteint 80,38 vendredi, alors que des positions vendeuses records sur le yen ont été accumulées la semaine dernière, ce qui devrait tirer la devise à la hausse à court terme, selon Citigroup. Et l’indice Nikkei baissait de 0,98% à 8.841,98 points après l’annonce hier matin.

A lire aussi