Les membres de la BoE sont divisés sur l'opportunité de poursuivre les rachats d'actifs

le 18/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

D'après le compte-rendu de la dernière réunion des banquiers centraux, certains estiment que cela n'aurait pas plus d'impact sur l'économie

Certains membres de la Banque d’Angleterre ne croient pas utile de donner un nouveau coup de pouce à l’économie britannique en augmentant le programme de rachat d’actifs, révèlent les minutes publiées hier par l'institution. Ces divisions sèment le doute parmi les analystes à l’approche de la réunion du 8 novembre. A cette date, le programme d’assouplissement quantitatif (QE) de la BoE, relevé à 375 milliards de livres au mois de juillet, doit prendre fin.

En octobre, les banquiers centraux ont unanimement décidé de ne pas toucher au QE et de garder le taux principal à 0,5%. En revanche, «certains membres considèrent que le programme d’achats d’actifs peut encore largement soutenir l’économie»,  tandis que d'autres «doutent que la baisse des taux à long terme aura un impact plus important sur l’économie», relatent les minutes.

«L’issue de la réunion de novembre du comité de polique monétaire est incertaine. Il est clair qu’il n’y aura pas de décision unanime en faveur d’un prolongement du QE ou d’une pause de celui-ci», estime David Tinsley, économiste chez BNP Paribas. Selon lui, le chiffre de la croissance du troisième trimestre qui sera publié la semaine prochaine, sera quand même suffisamment faible pour décider les banquiers centraux à renforcer encore l’assouplissement.

Le programme mis en place depuis janvier 2009 a pourtant été augmenté de 50 milliards de livres en juillet. «Etant donné que la croissance ne devrait pas s’améliorer vraiment rapidement, que l’inflation a chuté (à 2,5% en août) et que la force de la livre devrait renforcer ces tendances, nous nous attendons à ce que soient annoncés encore 50 milliards de livres de rachats d’actifs en novembre», écrit James Knightley chez ING.

Les analystes de Credit Suisse, au contraire, prévoient «une pause dans les achats d’actifs en novembre prochain». A leurs yeux, les minutes suggèrent que la BoE pourrait «se tourner vers d’autres approches comme une modification des règles du programme de financement pour le crédit (Funding for Lending Scheme)».

La BoE a dressé à ce stade un bilan mitigé de ce dispositif dévoilé cet été. L’offre de prêts immobiliers pour les particuliers a augmenté au troisième trimestre. En revanche l’offre de crédit aux entreprises n’a pas évolué sur la période même si cela pourrait s'expliquer par un manque de demande.

A lire aussi