Moody’s accorde un délai à Madrid pour une éventuelle demande d’aide

le 17/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

L’agence de notation a décidé cette nuit de laisser la note à long terme du pays inchangée à Baa3 mais assigne une perspective négative

L’Espagne évite un scénario catastrophe. Très attendue, la décision de Moody’s sur la note du pays a finalement privilégié le statu quo en maintenant l'Espagne en catégorie investissement. L’agence a ainsi confirmé cette nuit les notes Baa3 et à court terme P-3 de l'Espagne, tout en leur assignant une perspective négative. «Le soutien conjoint de la zone euro et de la BCE, ainsi que les efforts du gouvernement espagnol devraient permettre à Madrid de maintenir son accès au marché à des taux raisonnables, lui donnant ainsi le temps nécessaire pour stabiliser sa dette publique durant les prochaines années» explique ainsi Moody’s.

Une décision d’autant plus cruciale qu’à deux jours du sommet européen des 18 et 19 octobre à Bruxelles, les rumeurs se précisent quant aux intentions de Madrid pour une demande d’aide éventuelle. Selon le Financial Times et le Wall Street Journal, qui citent une source du ministère de l’Economie espagnol, Madrid se contenterait dans un premier temps de solliciter une ligne de crédit de précaution (ECCL) auprès du MES, sansdemander à ceque le fonds doté de 500 milliards d'euros ne débourse d’argent. Cela permettrait ainsi à la BCE de lancer son programme de rachat de dettes, et de faire baisser les taux d’emprunt espagnols, autour de 5,7%.

La semaine dernière, Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, avait laissé la porte ouverte à un tel scénario, en précisant que l’institution francfortoisepourrait commencer à acheter des obligations d’Etat espagnoles dès que Madrid aura signé un accord avec le MES sans que ce dernier ait déboursé le moindre euro, évoquant un «programme d’assistance de précaution avec la possibilité d’achats sur le marché primaire». L’Allemagne jusque-là réticente à un sauvetage global de l’Espagne aurait infléchi sa position, et ne serait pas hostile à une telle ligne de crédit.

La décision de Moody’s devrait ainsi soulager les craintes sur les réformes budgétaires de Madrid de l’Allemagne qui doit approuver, avec ses partenaires européens, le «memorandum of understanding» nécessaire pour obtenir l’ECCL. Dans ce contexte, le gouvernement espagnol qui cherche à gagner du temps depuis plusieurs semaines pourrait s’accorder un nouveau répit avant de solliciter une demande d’aide officielle probablement en novembre, anticipent certains analystes.

L’euro rebondissait de 0,4% ce matin à Tokyo à plus de 1,31 contre dollar.

A lire aussi