La France diminue à la marge son appel au marché

le 01/10/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Les 170 milliards d'euros d'émissions prévues en 2013 reposent sur un budget jugé trop ambitieux

La France va émettre 170 milliards de dette à moyen et long terme en 2013. Illustration L'Agefi.

Le gouvernement français a présenté vendredi son projet de loi de Finances pour 2013 qui doit permettre de ramener le déficit public à 3% du PIB l’an prochain contre 4,5% en 2012 au terme d’un assainissement budgétaire de 37 milliards d’euros. Cet objectif de réduction du déficit, considéré comme trop ambitieux par les économistes, met le gouvernement en situation d’emprunter un peu moins sur les marchés en 2013. L’Etat prévoit en effet de lever 170 milliards de dettes à moyen et long terme l’an prochain contre 178 milliards en 2012.

Le nouveau programme de financement français pour 2013 devrait marquer la troisième année de baisse consécutive du montant des émissions annuelles de papier d’Etat à moyen et long terme après un pic atteint en 2010 sous l’effet de la crise financière. La France prévoit en effet d’émettre pour 170 milliards de dette à moyen et long terme en 2013 soit 8 milliards de moins qu’en 2012.

Cette réduction de 4,5% des émissions nettes de rachats s’explique par une baisse du déficit prévisionnel de l’Etat qui doit être ramené à 3 % du PIB l’an prochain, et par la faiblesse des taux. La hausse considérable des montants de remboursement des dettes venant à échéance limite toutefois l’ampleur de la baisse de ce programme.

Les nouvelles émissions couvrent d’une part le déficit budgétaire prévu à 61,6 milliards d’euros, soit 22 milliards de moins qu’en 2012, et 107,9 milliards de tombées. L'afflux net de dette française en 2013 passera donc à 62 milliards, contre 80 milliards cette année.

En fait, la France devrait émettre l'an prochain presque autant de dette que l’Allemagne et l’Italie. «Je pense que les trois grands pays de la zone euro vont émettre des montants qui seront assez voisins, mais nous serons probablement celui qui émettra le moins. La différence ne sera pas très importante», a déclaré à Reuters Philipe Mills, directeur général de l’AFT.

Le programme définitif de financement sera connu en décembre. Le montant des émissions pour 2013 pourra être révisé en fonction des rachats de dettes supplémentaires d’ici la fin de l’année. Depuis janvier, l’Etat a en effet racheté par anticipation pour 17 milliards d’euros de titres arrivant à échéance en 2013.

La France continue de bénéficier de taux moyen de refinancement historiquement bas sur les marchés. Vendredi les taux d’emprunt à 10 ans ont poursuivi leur détente aux alentours de 2,1%. Depuis le début de l’année, le taux de ses émissions de BTAN et OAT s’élève à 1,98% en moyenne, et celui des bons du Trésor à 3 mois à 0,06%. L’Etat est même parvenu à se refinancer à taux négatif à court terme.

Ces conditions favorables ont conduit l’AFT à réviser à la baisse le niveau d’encours des BTF. L’encours de dette à court terme sera réduit de 10 milliards d’euros cette année contre une baisse de 7,7 milliards prévue auparavant. En revanche, le stock diminuera à peine (-0,7 milliard) l'an prochain. A fin juillet, l'encours de BTF se chiffrait à 184,4 milliards d'euros.

«On sera fixé au printemps prochain. C’est alors que viendra le vrai test sur la crédibilité budgétaire quand il s’agira de s’attaquer à la dépense publique excessive et aux gaspillages qu’elle implique», prévient Bruno Cavalier chez Oddo Securities dans une note récente. De son côté Moody’s doit se prononcer sur la dette française d'ici à quelques semaines.

La France va émettre 170 milliards de dette à moyen et long terme en 2013. Illustration L'Agefi.
ZOOM
La France va émettre 170 milliards de dette à moyen et long terme en 2013. Illustration L'Agefi.

A lire aussi