Amundi se penche sur les PME en s’associant à NextStage

le 28/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

La filiale de gestion d’actifs du Crédit Agricole et de la Société Générale prend une participation dans la société de capital-investissement

Amundi. Photo: PHB/Agefi
(Photo: PHB/Agefi)

Amundi poursuit sa diversification et s’intéresse cette fois aux PME. Le gérant d’actifs, filiale à 75% de Crédit Agricole SA (entité cotée de la banque verte) et à 25% de la Société Générale, a annoncé hier avoir noué un partenariat avec NextStage, société de capital-investissement spécialisée dans les petites et moyennes entreprises.

Amundi profite d’une petite augmentation de capital de NextStage (réalisée en vue d’accueillir trois nouveaux associés, Vincent Bazi, Nicolas de Saint Etienne et Amaury Bertaud) pour acquérir une participation de 7,5% auprès d’Artémis (actionnaire de L'Agefi), la holding de contrôle du groupe Pinault. Ce dernier conservera 7,5%, tandis que les associés de NextStage maintiennent leur participation de 85%.

En effet, ayant vocation à rester indépendante, les associés de cette société ne souhaitaient pas être dilués. Par ailleurs, une participation de 15% dans une entité comme NextStage était loin d’être cruciale pour Artémis, qui privilégie en outre les prises de participation majoritaires.

Les relations entre les deux partenaires ne sont pas nouvelles. «NextStage a été sélectionnée par Amundi depuis deux ans. Dans ce cadre, les fonds de capital investissement de NextStage sont distribués par les réseaux du Crédit Agricole et de la Société Générale», explique à L’Agefi Grégoire Sentilhes, président de NextStage. Amundi avait également délégué la gestion du compartiment sociétés innovantes de certains de ses FCPI (fonds commun de placement dans l’innovation).

«Nous apportons à Amundi notre expertise en matière d’investissement dans les PME françaises les plus dynamiques, non cotées et cotées, ainsi que notre capacité d’innovation en matière de financement haut de bilan des PME. Nous avons des projets importants en la matière avec Amundi dans le cadre de ce partenariat», ajoute Grégoire Sentilhes. Cela dit, les deux protagonistes restent très discrets sur la nature de ceux-ci.

Ce n’est pas la première fois qu’Amundi, qui gérait 693 milliards d’euros en juin 2012, prend une participation sensiblement minoritaire dans une société de gestion spécialisée. Cette stratégie correspond à une volonté de diversification et de recherche de produits offrant davantage de rendement que les contrats traditionnels, malmenés par la volatilité des marchés.

En mai dernier, Amundi a par exemple pris une participation de 17,5% dans Tobam, ex-Lehman Brothers Asset Management France, gérant actions quantitatif, et a signé avec lui un accord de distribution.

A lire aussi