La Chine ne suit pas le concert international d'assouplissement monétaire

le 25/09/2012 L'AGEFI Quotidien / Edition de 7H

Injection de 290 milliards de yuans dans le système et accélération du rythme des quotas accordés aux QFII, mais pas de baisse des taux directeurs

La Chine ne semble pas s'affoler face aux menaces qui pèsent sur son économie. La Banque Populaire de Chine (PBOC) a injecté cette nuit un record de 290 milliards de yuans (35,6 milliards d'euros) dans le système bancaire dans des opérations de «reverse repo» à 14 et 28 jours, cherchant à éviter une crise de liquidités durant la semaine de repos que vont observer les marchés chinois. La PBOC a également adjugé 40 milliards de yuan de certificats de dépôts à 6 mois pour le compte du ministère des Finances à un rendement de 4,32%, contre un taux interbancaire à 6 mois de 4,09% hier. Le taux de refinancement à 7 jours gagnait 21 points de base cette nuit à 4,72% à Shanghai, son plus haut niveau depuis le 28 juin. Après la BCE, la Fed et la BoJ, les marchés attendent un geste monétaire fort de la PBOC.

Parallèlement, Pékin a accordé des quotas d'investissement supplémentaires de 9,2 milliards de dollars à 72 investisseurs étrangers qualifiés dans le cadre de son programme QFII, selon un bilan 2012 établi le 19 septembre et publié hier par l'Administration nationale des devises étrangères. Ce qui porte le montant total des quotas accordés depuis le lancement du programme à 30, 82 milliards pour 157 investisseurs institutionnels.

Or, 75% de ces montants sont investis dans les actions chinoises de classe A. De quoi soutenir le marché actions en Chine qui n’a plus la cote. L’indice Composite de Shanghai a chuté de 36% depuis son plus haut atteint en novembre 2010 et de 7,6% depuis le début de l’année, contraignant les représentants des Bourses de Shanghai et Shenzhen à entamer un tournée mondiale aux Etats-Unis, en Europe et au Japon pour attirer les investisseurs internationaux vers les marchés chinois.

S&P a abaissé hier sa prévision de croissance chinoise à 7,5% pour cette année. Ses partenaires asiatiques ont subi le même sort, l’agence tablant sur une croissance de 5,5% en Inde, 2% au Japon, 2,5% en Corée du Sud, et 1,8% à Hong Kong. Le Beige Book chinois a montré une érosion de la confiance du secteur de détail et manufacturier. «L’aggravation de la crise européenne et le ralentissement de l’économie américaine ont ramené les commandes à l’export en Chine à un niveau de quasi stabilité» estime Craig Charney, un des rédacteurs de l’étude. Conséquence: les sociétés rapportant des embauches nettes ont chuté de 9 points à 32% sur le dernier trimestre, et celles ayant supprimé des postes ont progressé de 7 points à 20%.

A lire aussi